Politique

Algérie – Maroc : Bouteflika fait le forcing

Mis à jour le 21 novembre 2011 à 17:54

Le président algérien abdelaziz Bouteflika souhaite une reprise du dialogue politique avec l’Algérie. C’est le sens du voyage d’Abdelkader Messahel, le ministre délégué aux Affaires africaines et maghrébines, à la mi-novembre à Rabat avec Mourad Medelci, le chef de la diplomatie algérienne.

Mourad Medelci, le chef de la diplomatie algérienne, l’a confié à l’issue de sa rencontre, le 16 novembre à Rabat, avec Taïeb Fassi Fihri, son homologue marocain : c’est sur instruction formelle du président Bouteflika qu’Abdelkader Messahel, le ministre délégué aux Affaires africaines et maghrébines, a été du voyage, preuve de l’importance accordée par le chef de l’État à la reprise du dialogue algéro-marocain. Pour se rendre à Rabat, Messahel a d’ailleurs dû s’abstenir de participer à la réunion, à Alger, du Forum global de lutte contre le terrorisme (FGLT), créé en septembre à l’initiative de l’Algérie et des États-Unis, alors qu’il préparait cette rencontre depuis plusieurs semaines. À l’issue de la rencontre du 16 novembre, décision a été prise de convoquer au plus vite un Conseil des ministres de l’Union du Maghreb arabe (UMA) et de réactiver le dialogue politique bilatéral, en prenant acte des divergences existantes, notamment sur le dossier du Sahara.