Culture

Sarko en Afrique


d’Antoine Glaser et Stephen Smith, Plon, 216 pages, 19 euros.

Par - François Soudan
Mis à jour le 18 novembre 2008 à 15:07

Un an et demi de « politique de rupture » de la France en Afrique ont donné au tandem Glaser-Smith, qui picore dans les marmites du village comme les pique-bœufs sur le dos d’un hippopotame, l’idée pimentée d’une chronique de la désillusion. Du discours de Cotonou à celui de Dakar, en passant par le Darfour, la Côte d’Ivoire, les zozos de l’Arche, le soldat Bockel, les affaires judiciaires et les amis milliardaires du prince, nos duettistes sévèrement tuyautés croquent avec délectation les ultimes soubresauts d’une relation incestueuse et désormais réduite à une unique expression : celle de l’incontournable avocat Robert Bourgi, très proche de Nicolas Sarkozy et de son secrétaire général Claude Guéant, dont la silhouette pas si discrète sert de fil conducteur – médiatique certes, mais tout de même un peu forcé – au livre. Ça se parcourt d’un trait, ça fait souvent sourire et ça se referme en soupirant. « Sarko en Afrique », cette vraie-fausse rupture, c’est du Foccart en plus petit. On tremble déjà à l’idée du prochain tome de la saga signée G et S, les Lapierre et Collins de la Françafrique…