Politique

Ira ou ira pas ? 


Par
Mis à jour le 19 novembre 2008 à 07:10

Si l’Union africaine parvient à se faire inviter au sommet sur la réforme du système financier mondial, le 15 novembre à Washington, ce sera à l’arraché. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la Maison Blanche ferme la porte à l’UA sous prétexte que, si elle l’invite, elle sera obligée de convier toutes les autres organisations régionales d’Amérique et d’Asie. Mais beaucoup de chefs d’État africains continuent de faire pression sur George Bush, directement ou par l’intermédiaire du Français Nicolas Sarkozy. Le Congolais Denis Sassou Nguesso, qui devrait bénéficier d’un statut d’observateur (voir pp. 83-85), et le Béninois Boni Yayi avancent le même argument : « Si l’UA est invitée à tous les G8, pourquoi serait-elle absente du G20 ? » L’idée est que l’Afrique serait représentée par le président en exercice de l’UA, le Tanzanien Jakaya Kikwete, ou par le président de la Commission, le Gabonais Jean Ping.