Dossier

Cet article est issu du dossier «Électricité : le paradoxe africain»

Voir tout le sommaire
Économie

Africa Express: révélateur de bonnes pratiques

| Par
Un des constats : « Le photovoltaïque se développe bien en Afrique subsaharienne, via des kits individuels. »

Un des constats : « Le photovoltaïque se développe bien en Afrique subsaharienne, via des kits individuels. » © AFP

Pendant près de dix mois, la mission Africa Express a sillonné le continent. À la clé : 25 initiatives étudiées à la loupe.

Le moment était propice. Déclarée année internationale de l’énergie durable pour tous par l’ONU, 2012 offrait à Jeremy Debreu et à Claire Guilbert l’occasion d’exaucer leur rêve d’un projet africain citoyen. Forts du soutien de Schneider Electric, d’EDF et de la Banque africaine de développement (BAD), le consultant en développement durable et la spécialiste du management en projet culturel ont sillonné le continent en train, entre fin avril 2012 et janvier 2013, afin d’étudier 25 projets consacrés aux énergies renouvelables. Objectif de la mission Africa Express : identifier les initiatives innovantes, reproductibles et durables dans la géothermie, l’hydraulique, l’éolien ou le solaire, pour les faire connaître.

« En janvier 2012, les projets ont été sélectionnés par 18 experts, issus de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), l’Agence française de développement (AFD), EDF, Schneider Electric, ainsi que du Global Village Energy Partnership (GVEP) ou d’Électriciens sans frontières », précise Jeremy Debreu.

Au final, une forte dominante solaire : « Le photovoltaïque se développe bien en Afrique subsaharienne, via des kits individuels. » Côté éolien, il évoque « un projet intéressant, au Sénégal, de petites éoliennes 100 % locales ». Quant à la biomasse, il retient Novacel, en RD Congo, « qui vise à replanter des arbres à croissance rapide sur 15 000 ha ».

Lire aussi :

Quelles énergies pour l’Afrique ?
Dossier énergie : des besoins et des solutions

Maturité

Le tandem a été « frappé par la maturité des projets en Afrique de l’Est ». Et de citer le GVEP, qui a servi à former 4 000 entrepreneurs dans la région, « ce qui permet de fournir un service énergétique à 1,5 million de personnes depuis trois ans ». L’heure est désormais à l’élaboration d’un webdocumentaire et à la rédaction d’un livre blanc sur les énergies durables en Afrique, qui sera accessible gratuitement en ligne dès septembre.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte