Dossier

Cet article est issu du dossier «Électricité : le paradoxe africain»

Voir tout le sommaire
Économie

Éolien : Tarfaya, un nouveau souffle pour le Maroc

| Par Jeune Afrique
Le site est développé par une coentreprise GDF Suez-Nareva Holding.

Le site est développé par une coentreprise GDF Suez-Nareva Holding. © Nareva Holding

Ce parc, dont le chantier a démarré en décembre, fournira 6 % de la production électrique nationale.

Ce sera le plus grand parc éolien d’Afrique. Situé dans le désert côtier du sud du Maroc, le site de Tarfaya devrait bénéficier de conditions optimales et donc d’un taux d’utilisation très élevé (45 %, deux fois plus qu’en Europe), pour une capacité de 300 MW. Ce projet a été attribué à Tarfaya Energy Company (Tarec), une coentreprise créée par GDF Suez et le marocain Nareva Holding. « Nous détenons le capital à parts égales avec notre partenaire français », précise Khadija El Hassani, responsable de la communication de Nareva. Si le marocain opère déjà trois parcs éoliens (200 MW), il compte sur l’expérience du français, qui dispose de près de 4 000 MW de capacité d’origine éolienne dans le monde. « C’est aussi un moyen de mutualiser les risques », poursuit la responsable.

Lire aussi :

Electricité : le paradoxe africain
Afrique du Sud : GDF Suez investit 780 millions d’euros dans la production d’électricité

Contrat géant

Le projet nécessite 5 milliards de dirhams (environ 450 millions d’euros), dont 1 milliard de fonds propres des deux partenaires et 4 milliards empruntés à un consortium de banques marocaines : Attijariwafa Bank, Banque centrale populaire et BMCE Bank. Lorsque sa mise en service sera complète, en décembre 2014, le parc devrait représenter 40 % de la capacité éolienne du royaume.

Tarfaya, Akhfenir, Jbel Khalladi, Foum El Oued, Haouma : les 720 MW en cours de développement s’inscrivent dans le Projet marocain intégré de l’énergie éolienne (PMIEE), pour un investissement estimé à 31,5 milliards de dirhams. Celui-ci permettra en partie au Maroc de porter la puissance électrique installée d’origine éolienne de 480 MW en 2013 à 2 000 MW en 2020. À cette échéance, le royaume s’est fixé un objectif de 42 % de capacité électrique installée fonctionnant à partir de sources renouvelables. Et il s’en donne les moyens.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte