Économie

Investissements entre amis

Par - Samir Gharbi
Mis à jour le 16 décembre 2008 à 14:33

Mouammar Kadhafi avait proposé que la manne pétrolière soit redistribuée à tous les citoyens libyens. Mais il a vite été contredit par ses ministres (J.A. n° 2499). Et par les faits. En l’espace de deux mois, son gouvernement a annoncé trois placements financiers en Italie pour un montant global d’une vingtaine de milliards de dollars ! Dernier en date, révélé le 7 décembre par le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, confirmé par l’ambassadeur libyen à Rome, Hafedh Gaddour : une prise de participation de 8 % à 10 % dans le capital du pétrolier ENI. Valeur estimée : 10 à 12 milliards de dollars. â¨Modalités : achats progressifs sur le marché boursier…

Pour éviter d’effrayer les Italiens, le gouvernement de Silvio Berlusconi a pris soin de donner son feu vert préalable. En précisant, par la bouche de Frattini, que le futur actionnaire libyen n’interférera pas dans la gestion de la compagnie, bref qu’il sera un « investisseur dormant », dont le seul geste sera de toucher les dividendes à la fin de l’année. Du coup, l’action ENI a gagné 2,19 euros le 8 décembre (+14 %) pour atteindre 17,60 euros. Investisseur dormant, la Libye l’est déjà dans le capital d’UniCredit (5 % pour 2 milliards de dollars) et le sera également dans celui de Telecom Italia (10 % pour 6 milliards de dollars).