Société

Enfance : mortels traumatismes

Par - René Guyonnet
Mis à jour le 19 décembre 2008 à 10:34

Chaque jour, plus de 4 200 enfants meurent des suites de traumatismes involontaires ou accidentels. Chaque année, des dizaines de milliers d’autres sont hospitalisés pour des blessures qui les laissent souvent handicapés à vie. C’est ce que révèle un récent rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Unicef. Si des mesures de prévention étaient adoptées, au moins mille vies d’enfants pourraient être quotidiennement sauvées.

C’est en Afrique que le taux de décès est le plus élevé : il est dix fois supérieur à celui de pays comme l’Australie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou la Suède.â©Les cinq principales causes de décès par traumatisme sont :

1. Accidents de la route (260 000 enfants tués et environ 10 millions blessés par an).

2. Noyades (175 000 victimes par an).

3. Brûlures (près de 96 000 victimes par an, le taux de décès est onze fois plus élevé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire).

4. Chutes (près de 47 000 victimes par an).

5. Intoxications (plus de 45 000 victimes par an).

Il existe des mesures de prévention éprouvées : ceintures de sécurité et casques adaptés ; fermetures de sécurité pour les flacons de médicaments ; voies de circulation séparées pour les vélos ; réaménagement des crèches et des terrains de jeux ; renforcement des services de soins médicaux d’urgence et de rééducation.

Il faut également se rappeler que le beurre, le sucre, l’huile et autres remèdes traditionnels ne doivent pas être utilisés pour traiter les brûlures. Ou que les campagnes d’information ne réduisent pas à elles seules le nombre des noyades.