Politique

Obama, le Nobel et la « révolution verte »

Principal objectif du prochain secrétaire à l’Énergie : réduire sensiblement la facture pétrolière d’ici à 2025.

Par - Frédéric Lejeal
Mis à jour le 19 décembre 2008 à 09:39

Le Pr Steven Chu (60 ans) sera à partir du 20 janvier le secrétaire à l’Énergie de Barack Obama. L’homme chargé de traduire dans les faits les nouvelles ambitions américaines en matière environnementale.

Loin de toute idéologie, le Prix Nobel de physique 1997 (pour ses travaux sur les méthodes de refroidissement et de capture des atomes par laser) entend apporter une base scientifique à la « révolution verte » que s’apprête à lancer le quarante-quatrième président américain. Fils d’immigrants chinois né à Saint Louis (Missouri), il était, depuis 2004, directeur du laboratoire Lawrence Berkeley. C’est un avocat fervent des énergies renouvelables, dont il devra s’efforcer de généraliser l’offre dans un pays depuis toujours acquis au pétrole.

Outre la ratification de divers traités internationaux comme celui de Kyoto, Obama veut réduire la facture pétrolière américaine en portant à 25 % d’ici à 2025 le pourcentage d’électricité produite à partir de sources renouvelables et en développant vigoureusement les biocarburants. Autre priorité : réduire de 80 % d’ici à 2050 les gaz à effet de serre émis par les États-Unis, premier consommateur mondial d’énergie, tous types confondus.