Politique

Imbroglio sans fin

Par - M.Z.
Mis à jour le 19 décembre 2008 à 10:51

Après dix mois de chaos, les « rouges » du Parti du pouvoir du peuple (PPP), partisans de l’ancien Premier ministre et affairiste Thaksin Shinawatra, aujourd’hui en exil au Royaume-Uni, ont donc été contraints de céder la place – au moins provisoirement – aux « jaunes » de l’Alliance du peuple pour la démocratie (PAD). Le 8 décembre, Abhisit Vejjajiva (44 ans), leader du Parti démocrate, principale composante de la coalition d’opposition, a été élu Premier ministre par le Parlement. Avec trente-sept voix de majorité et à l’issue de manœuvres qui ne contribuent pas à asseoir sa légitimité.

Depuis le renversement de Thaksin par l’armée, en septembre 2006, et un court intérim assuré plus ou moins directement par cette dernière, des élections populaires ont ramené le PPP au pouvoir, il y a tout juste un an. Mais deux Premiers ministres issus de cette formation ont été mis dans l’incapacité de gouverner par d’incessantes manifestations de l’opposition. Les partisans de la PAD sont allés jusqu’à occuper le siège du gouvernement et les deux aéroports de Bangkok. Le 2 décembre, la Cour constitutionnelle a carrément dissous le PPP, en raison de fraudes électorales supposées. Des renversements d’alliance de dernière minute ont assuré à ses adversaires une fragile majorité parlementaire, mais, aussitôt, les rouges ont à leur tour entrepris de manifester. Des heurts avec la police ont eu lieu. Bref, rien n’est réglé.