Automobile

Yazaki et Sojitz : le Japon à l’assaut du Maroc

Les entreprises japonaises renforcent leur présence au Maroc.

Les entreprises japonaises renforcent leur présence au Maroc. © DR

Le groupe japonais Yazaki, spécialisé dans le câblage et la connectique, va ouvrir une 4eme usine au Maroc, tandis que le groupe Sojitz, spécialiste des infrastructures et de l’énergie, aura bientôt une antenne à Casablanca.

Les entreprises japonaises renforcent leur présence au Maroc. Yazaki, spécialisée dans le câblage et la connectique, va ouvrir prochainement une 4eme usine, la plus importante, au Maroc. En parallèle, le groupe Sojitz, spécialisé dans les infrastructures et l’énergie, aura bientôt une antenne à Casablanca.

Cette annonce a été faite par le PDG de Yazaki, Yasuhiko Yazaki, et Yutaka Kase, président du Comité de l’Afrique subsaharienne au sein du patronat japonais, lors d’une visite au Japon du ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, Abdelkader Amara, du 11 au 15 juin.

Lire aussi :

Le secteur privé japonais se mobilise pour l’Afrique
Dossier Japon : En Afrique, Tokyo a la cote

Encourager et renforcer les échanges

À l’occasion de ce voyage, Yutaka Kase a manifesté son intérêt à collaborer avec les institutions marocaines dans les différents secteurs et particulièrement dans le développement et l’aménagement des zones industrielles, a indiqué le ministère de l’Industrie marocain. L’occasion pour Abdelkader Amara de mettre en en évidence l’avantage compétitif que présente le Maroc dans la région : une porte d’accès vers l’Afrique subsaharienne, une main d’œuvre qualifiée et un climat d’affaires favorable.
Pour une meilleure connaissance du marché marocain et africain, le ministre a invité les investisseurs, dont la Japan Gas Corporation (JGC), à ouvrir des représentations de leurs groupes au Maroc. Un appel qui a suscité l’intérêt de la partie japonaise qui promet de faire mieux et de prospecter de nouveaux secteurs.

Par ailleurs, Abdelkader Amara a appelé à fédérer les efforts pour des échanges approfondis. Il a défendu cette idée auprès du Centre Japonais de Coopération pour le Moyen Orient (JCCME) et de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), en proposant notamment la création d’un centre de recherche au Maroc soutenu par le JCCME. Ce centre permettrait de débattre des sujets prioritaires pour l’Afrique, dont les infrastructures et l’énergie.

L’industrie automobile intéressée

Nissan, constructeur automobile japonais, a de grandes perspectives de développement au Maroc. Hitoshi Kawaguchi, vice-président du groupe, a reconnu la nécessité de renforcer le positionnement de la société en Afrique, en affirmant que ce continent offre des opportunités de développement de modèles low cost.

Pour attirer l’industrie automobile japonaise, le ministre Abdelkader Amara a examiné les modalités de coopération avec les équipementiers automobiles japonais au cours d’une rencontre avec le représentant de l’Association des équipementiers japonais (JAPIA), Takehide Takahashi. À l’issue de cette rencontre une décision a été prise : organiser des échanges et des visites des membres de la JAPIA dans les sites industriels et au niveau des infrastructures logistiques au Maroc.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte