Politique
Colère en Outre-Mer

Cet article est issu du dossier

Colère en Outre-Mer

Voir tout le sommaire
Politique

Guadeloupe: Yves Jégo prévient que la France fera respecter l’Etat de droit si nécessaire

« Nous ferons respecter l’Etat de droit si besoin est. Avec fermeté mais sans brutalité », a prévenu le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer Yves Jégo, alors que la situation s’envenime en Guadeloupe, après plus de trois semaines d’une grève générale qui paralyse toute l’île.

Par - Julia Bazzi
Mis à jour le 18 février 2009 à 19:23

"Ça suffit, la Guadeloupe ne peut plus attendre. Nous sommes à la croisée des chemins", a déclaré Yves Jégo dans un entretien publié par le quotidien français "Le Parisien/Aujourd’hui en France".

"Soit on risque l’affrontement, ce que ne souhaite pas le gouvernement", s’est-il empressé d’expliquer, "soit les six présidents des organisations patronales et les six secrétaires généraux des syndicats se parlent et se mettent d’accord", estimant alors que "la Guadeloupe en sortira grandie".

En tout état de cause, "nous ferons respecter l’Etat de droit si besoin est", car "il n’est pas normal que des commandos de trois ou quatre personnes fassent fermer des usines ou des magasins et prennent la population en otage", juge Yves Jégo. Et de réaffirmert que "la balle est dans le camp du patronat qui doit formuler une proposition complète très rapidement".

Avec AP