Politique

Andry Rajoelina « président » de la transition

©

L’ancien maire d’Antananarivo dirige depuis mardi soir la transition politique à Madagascar. Plus tôt dans la journée, le chef de l’Etat Marc Ravalomanana avait démissionné et transféré ses pouvoirs à un « directoire militaire ». Un directoire qui s’est rapidement désisté en faveur d’Andry Rajoelina, apparemment suite à des pressions.  

Il n’a pas volé son surnom de « TGV ». Andry Rajoelina est devenu mardi soir, à 34 ans, président de la transition politique à Madagascar. Le chef de l’opposition a été promu par le « directoire militaire », à qui le chef d’Etat démissionnaire Marc Ravalomanana avait transféré ses pouvoirs.

Le vice-amiral Hippolyte Rarison Ramaroson, nommé à la tête du directoire, et les généraux qui devaient le seconder n’ont en fait pas eu le choix. Andry Rajoelina leur a rendu visite et fait savoir qu’il ne reconnaissait par leur autorité. Les mutins qui accompagnaient l’ancien disc-jockey ont alors arrêté les officiers, « sous les yeux de l’émissaire de l’ONU et de l’ambassadeur des Etats-Unis », indique le site malgache TopMada.

Pouvoir pris de force

Toujours selon la même source, les soldats dissidents ont conduit leurs otages « dans une prison militaire du CAPSAT (le Corps des personnels et des services administratifs et techniques). Un capitaine avait sérieusement menacé avec une Kalachnikov les invités du FFKM (Conseil des églises chrétiennes de Madagascar) et de la communauté internationale ».

Quelques heures plus tard, Hippolyte Rarison Ramaroson annonçait : « Nous avons refusé catégoriquement le directoire (…) Nous conférons totalement le pouvoir à Andry Rajoelina pour présider la transition ».

Changement de constitution

« L’ordonnance qui confère les pleins pouvoirs à Andry Rajoelina a été signée », a révélé peu après Norbert Ratsirahonana. Le juriste et ex-président de la Haute cour constitutionnelle a ajouté : « On l’a fait pour l’intérêt supérieur de la Nation, pour préserver l’unité du pays et de l’armée. Nous espérons que le calme reviendra. Pour nous, c’est constitutionnel, c’est la Haute Cour qui va décider éventuellement ».

Car l’âge minimum requis pour être président est 40 ans… Un critère qui n’a semble-t-il pas posé problème à la Haute Cour Constitutionnelle, qui a validé mercredi l’ordonnance qui fait d’Andry Rajoelina le nouvel homme fort de Madagascar.

Le jeune politicien a promis d’organiser de nouvelles élections d’ici deux ans et de rédiger une nouvelle constitution pour établir une « IVe république ». Quant à Marc Ravalomanana, il a quitté le palais d’Iavoloha et se trouve actuellement dans un lieu inconnu. L’homme d’affaires pourrait partir en exil, la majorité de sa famille ayant déjà quitté la Grande Ile.

Les partisans d’Andry Rajoelina prévoient de fêter sa victoire ce mercredi sur la place du 13-Mai, au coeur de la capitale Antananarivo. Les barrages devraient par ailleurs être levées et les ministères rouverts. (avec AFP et Reuters)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte