Elections

Elections locales : l’opposition serait en tête

©

L’opposition arriverait légèrement en tête des élections locales de dimanche, selon des résultats partiels. Le scrutin, qui s’est déroulé dans le calme, a été marqué par des « dysfonctionnements », notamment dans l’acheminement du matériel électoral.

Les premiers résultats des élections locales sénégalaises de dimanche avantagent légèrement l’opposition. La coalition Benno Siggil Senegaal (S’unir pour un Sénégal debout, en wolof) arriverait  en tête, indiquent plusieurs médias privés locaux. « On revendique une large victoire. C’est un rejet du (président Abdoulaye) Wade, de son système et de son projet par le peuple sénégalais », a déclaré à l’AFP Serigne Mbaye Thiam, directeur de communication de Benno Siggil Senegaal, formée de 35 partis et organisations de la société civile.

« Il y a des défaites symboliques. Le président Wade et son fils ont perdu dans les bureaux où ils ont voté », à Dakar, a-t-il ajouté. Et de conclure que les présidents du Sénat, Pape Diop, deuxième personnalité de l’Etat, et de l’Assemblée nationale, Mamadou Seck, ont également été battus.

Test pour Karim Wade

En 2002, la coalition au pouvoir Sopi (Changement, en wolof) avait remporté les scrutins locaux avec 52% des suffrages. L’élection 2009 de plus de 20 000 conseillers ruraux, municipaux et régionaux a valeur de test pour les partis avant la présidentielle de 2012. Un test qui doit notamment permettre de jauger le potentiel de Karim Wade. Le fils du président, qui pourrait tenter de succéder à son père en 2012, se lance pour la première fois dans l’arène politique en se présentant comme conseiller municipal à Dakar.

La moitié des quelque 5 millions d’électeurs s’est rendue aux urnes dimanche, selon une estimation du ministère de l’Intérieur. Le vote s’est déroulé dans le calme mais a été marqué par de nombreux « dysfonctionnements, des retards dans l’acheminement du matériel, particulièrement des bulletins de vote de tous les partis », a expliqué à l’AFP Issa Sall, porte-parole de la Commission nationale électorale autonome.

« Gros problème d’aiguillage des bulletins »

« Il y a eu un gros problème d’aiguillage des bulletins, a précisé ce responsable au micro de RFI. Ces bulletins sont arrivés en retard dans beaucoup, beaucoup d’endroits. Et je crois que le phénomène a touché l’ensemble du territoire national. Cela a retardé beaucoup le vote, car il y a des bureaux qui n’ont commencé à fonctionner qu’à midi. Même 13 heures, ou même au-delà. »

Reste que « nous avons un sentiment de satisfaction global même s’il y a eu des difficultés ça et là, confiait dimanche à l’AFP Macoumba Koumé, directeur de la communication du ministère de l’Intérieur. Ce n’était pas évident d’organiser des élections dans 543 collectivités locales, avec au total 90 partis ou coalitions et plus de 55 millions de bulletins de vote imprimés. » (avec AFP et Xinhua)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte