Politique

Un des auteurs de l’attentat de Casablanca peut-être gracié

| Par Jeune Afrique
Repenti, Richard Robert pourrait être grâcié

Repenti, Richard Robert pourrait être grâcié © DR

Richard Robert, salafiste français, a demandé sa grâce

Richard Robert, le salafiste français condamné par la justice marocaine à une peine de réclusion à perpétuité pour son implication dans les attentats de Casablanca (45 mort en 2003), va présenter une demande de grâce royale à l’occasion du dixième anniversaire, en juillet, de l’accession au trône de Mohammed VI. Alors que plus de quatre mille islamistes sont actuellement détenus dans les prisons marocaines, la grâce royale, partielle ou totale, joue le rôle d’une soupape permettant de désengorger les prisons. En 2006, près de dix mille détenus avaient ainsi été graciés à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance. Les salafistes convaincus d’atteinte à la sûreté de l’État ne peuvent espérer être graciés qu’à la condition de s’être publiquement repentis. Ce qui est le cas de Robert.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte