Archives

« Doing Business 2010 » : l’Afrique poursuit les réformes

Par
Mis à jour le 9 septembre 2009 à 10:44

Le nouveau rapport de la Banque mondiale sur l’environnement des affaires confirme qu’en dépit d’un contexte international tendu, le niveau de réformes engagé dans une majorité d’Etats Africains s’accélère. Pour la première fois le Rwanda est le pays le mieux noté.

Rendu public ce jour, le rapport « Doing Business 2010 » de l’International Finance Corporation (IFC), le bras de la Banque mondiale chargé du secteur privé, est la septième édition d’une série d’analyse annuelle portant sur les réglementations qui facilitent – ou freinent – la pratique des affaires dans le monde. Comme chaque année, l’exercice passe en revue les législations et les textes touchant aussi bien le droit des entreprises et le délai d’obtention de prêt que la protection des droits et des investissements, le transfert de propriété ou l’exécution des contrats.

Les données pour 2010 ont été recueillies entre juin 2008 et mai 2009. 183 pays sont passés au crible. Bonne nouvelle : malgré le contexte international « rude » marqué par la crise financière (« Mener à bien les réformes en ces temps difficiles » est d’ailleurs le titre de cette édition), l’IFC observe un maintien du nombre de réformes réglementaires. Ainsi, 287 réformes de fond ont facilité la pratique des affaires et 27 l’ont freinée. Pour le seul continent africain 67 réformes de la réglementation commerciale ont été enregistrées en 2008-2009 dans 29 des 46 pays analysés. « Les pays en développement ont imposé un rythme rapide avec le Rwanda en tête », souligne l’IFC.

Maurice et le Rwanda, pays les plus performants

Certains pays ont amélioré les facilités pour faire des affaires (Burkina, Egypte, Ethiopie, Togo, Mali…). « Ces réformateurs continuent à aller de l’avant et restent continuellement proactifs », souligne la Banque mondiale. Maurice confirme son rang de première économie sub-saharienne au niveau mondial. L’île se classe au 17ème rang des 183 pays listés devant la Suède. La France ne figure qu’au 31ème rang. Le Liberia est classé second des pays africains pour la rapidité de création d’entreprise et de l’accès au crédit.

Le pays dirigé par Ellen Johnson Sirleaf figure également dans le « Top Ten » des pays les plus réformateurs du continent. Le Burkina a considérablement amélioré les procédures d’obtention de permis de construire. Sur l’ensemble des dix critères retenus par l’IFC, le Rwanda est le pays le mieux noté puisqu’il a engagé 7 réformes sur 10. Deux procédures suffisent désormais à l’opérateur pour créer une entreprise dans ce pays qui est également celui où les embauches de salariés sont les plus faciles. Parmi les autres pays réformateurs figurent l’Angola, le Cameroun et l’Afrique du Sud.

Alors que les réformes piétinent dans les pays membres de l’OCDE, l’Afrique, comme les pays d’Europe de l’Est, continue d’enregistrer de bonnes performances même si certains Etats (RDC, République Centrafricaine, Congo, Tchad, Guinée Equatoriale, Guinée-Bissau…) affichent de mauvais résultats. « Les gouvernements du Moyen-Orient et du Maghreb sont maintenant en train de réformer au même rythme que l’Europe de l’Est », précise la Banque mondiale.

Pour une analyse complète voir notre prochaine édition n°2540 du 13 au 19 septembre.

« Doing Business 2010 » est consultable sur www.banquemondiale.org