Société

Brice Hortefeux : auteur d’un dérapage raciste ?

Par
Mis à jour le 11 septembre 2009 à 11:14

© DR

La séquence est tirée du campus d’été des Jeunes de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) organisée le 5 septembre à Seignosse (Landes). Elle montre le ministre français de l’Intérieur, Brice Hortefeux, aux côtés du président de l’UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, en train de plaisanter lorsqu’on lui présente un jeune militant d’origine maghrébine appartenant à une délégation de l’Auvergne du parti présidentiel. « Il ne correspond pas du tout au prototype. Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes », s’est alors exclamé le bras droit de Nicolas Sarkozy.

Dérapage ? Plaisanterie douteuse ? Bonne foi ? Si l’ensemble des forces de gauche en France considèrent ces propos comme injurieux et racistes, appelant le ministre à démissionner, le ministre de l’Intérieur et ancien ministre de l’Identité nationale se défend d’avoir visé une origine ethnique particulière précisant qu’il faisait surtout référence au « type auvergnat » du jeune militant.

Interviewé hier soir sur la chaîne TF1, le Premier ministre François Fillon a évoqué une « campagne de dénigrement scandaleuse ». Le militant UMP a lui aussi volé au secours de Brice Hortefeux en affirmant que la vidéo était sortie de son contexte. « Croyez bien que si j’avais senti une quelconque allusion raciste, je l’aurai fait savoir (…) Je ne considère pas que c’est un dérapage ».