Sport

Caster Semenya serait mi-homme, mi-femme

| Par Jeune Afrique
La Sud-africaine lors des Mondiaux de Berlin

La Sud-africaine lors des Mondiaux de Berlin © D.R.

 Selon les révélations  de The Sydney Morning Herald Tribune, la championne du monde du 800 mètres disposerait d’organes masculins et féminins.

Le feuilleton de Caster Semenya n’est pas clos. Les premiers résultats des tests médicaux divulgués ce jour par le quotidien australien The Sydney Morning Herald Tribune, révèleraient un forme d’hermaphrodisme de l’athlète sud-africaine. Soupçonnée d’être un homme, la championne du monde du 800 m lors des Championnats du monde d’athlétisme à Berlin, en Allemagne, possèderait à la fois des organes génitaux féminins et masculins.

La championne serait dépourvue d’ovaires mais posséderait des testicules internes qui produisent niveau de testostérone trois fois plus élevé que celui d’une femme normale. Suite à ces résultats Caster Semenya, 18 ans, pourrait conserver son titre mondial. Mais la Fédération Internationale d’Athlétisme (IAAF) lui a demandé d’être opérée le plus rapidement possible sous peine de la disqualifier pour les compétitions futures.

Cette décision finale sera prise à la fin de la semaine prochaine une fois que la fédération disposera des résultats de tests complémentaires et de toutes les preuves permettant de confirmer la thèse de l’hermaphrodisme.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte