Archives

Grands Lacs: trois parlements se réunissent au Burundi

Mis à jour le 2 octobre 2009 à 11:22

Une réunion atypique s’est tenue à Bujumbura, du 28 au 30 septembre : celle des présidents des Parlements du Burundi, du Rwanda et de la République Démocratique du Congo (RDC), qui sont tous trois membres de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL).

L’organisation, créée en 1976, était frappée d’immobilisme depuis les années 1990. Aujourd’hui, il est de plus en plus question de la revitaliser. « Nous voulons introduire une dimension parlementaire, c’est-à-dire la représentation de nos peuples dans la CEPGL, que d’aucuns ont longtemps considérée comme uniquement centrée sur les chefs d’État », explique le Congolais Ntumba Luaba Lumu, secrétaire exécutif adjoint chargé des programmes.

L’objectif est de s’appuyer sur les Parlements afin de d’assurer « le contrôle et le suivi des résolutions ».

Sortir de la léthargie

Si, après Bujumbura, personne ne sait encore sous quelle forme ce projet va se concrétiser – simple forum ou assemblée parlementaire ? –, il y a un au moins un acquis : le principe de se retrouver une fois tous les six mois. Pour sortir de sa léthargie, la CEPGL a dû accepter les conseils de ses partenaires européens, et notamment de la Belgique.

L’Union européenne (UE) lui a accordé 5 millions d’euros pour soutenir ses activités, entre 2007 et 2009. Une enveloppe de 45 millions d’euros est attendue en 2010. Elle contribuera à la réalisation de nombreux projets dans les domaines de l’énergie, de l’agriculture, de la recherche, de la sécurité et de la bonne gouvernance, ainsi qu’à la réhabilitation des axes routiers frontaliers. Prochain rendez-vous : dans six mois, à Kinshasa.