Politique

Dadis « ne peut pas encore communiquer »

Moussa Dadis Camara et, derrière lui, son ex-aide de camp Aboubacar "Toumba" Diakité, à Conakry,

Moussa Dadis Camara et, derrière lui, son ex-aide de camp Aboubacar "Toumba" Diakité, à Conakry, © Seyllou/AFP

Le chef de la junte guinéenne Moussa Dadis Camara semble se remettre difficilement de l’intervention chirurgicale qu’il a subi au Maroc. D’après le ministre guinéen des Affaires Etrangères, il « reconnaît son entourage », mais n’est pas en mesure de tenir des conversations.

«  Sur conseil des médecins, il [Moussa Dadis Camara] ne peut pas encore communiquer », a déclaré le ministre guinéen des Affaires Etrangères Alexandre Cécé Loua lors d’une interview à RFI.

« Il reconnaît son entourage »

Il s’est pourtant voulu rassurant sur l’état de santé du chef de l’Etat guinéen, affirmant que « son état n’inspirait pas d’inquiétudes ». « J’ai vu le président Dadis. Il reconnaît son entourage » a-t-il poursuivi.

Interrogé sur les éventuelles séquelles que le capitaine Dadis Camara pourrait avoir, Alexandre Cécé Loua a déclaré : « peut-être que [les médecins] vont nous le dire plus tard mais, maintenant, on ne nous l’a pas encore dit ».

Le ministre n’a pas été en mesure d’annoncer une date de retour en Guinée du chef de la junte, ni même d’indiquer quand il pourra s’adresser à la nation. « Tout ce que je sais, c’est que sa vie est hors de danger », a-t-il déclaré.

Informations contradictoires

Moussa Dadis Camara, chef de la junte arrivée au pouvoir le 23 décembre 2008, est hospitalisé depuis vendredi à Rabat : il a été blessé à la tête par les tirs de son aide de camp Aboubacar « Toumba » Diakité, jeudi.

Depuis, des informations contradictoires circulent sur sont état de santé. Samedi, avant l’opération, le président burkinabè et médiateur de la crise guinéenne Blaise Compaoré avait rapporté qu’il était « dans une situation qui est difficile, certes, mais qui n’est pas désespérée ».

Le même jour, le porte-parole de Dadis Camara, Idrissa Chérif, avait affirmé qu’il avait subi « une petite intervention » et que sa vie était « hors de danger ». Il avait alors assuré que le chef du CNDD était conscient et parlait.

En son absence, l’intérim est assuré par le général Sékouba Konaté, le numéro 2 de la junte.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte