Société

Aminatou Haidar « ira jusqu’à la mort »

Le compagnon de la militante sahraouie, Bachir Lekhfawni, s’est confié au quotidien espagnol ABC.

Par
Mis à jour le 8 décembre 2009 à 12:34

La militante sahraouie Aminatou Haidar, qui observait mardi son 23e jour de grève de la faim © AFP

La militante sahraouie Aminatou Haidar, qui observait mardi son 23e jour de grève de la faim à Lanzarote (Espagne) pour pouvoir retourner au Sahara occidental, "ira jusqu’à la mort" s’il le faut, a assuré son compagnon, Bachir Lekhfawni, au quotidien espagnol ABC.

Interrogé à Laâyoune, au Sahara occidental, territoire annexé par le Maroc en 1975, M. Lekhfawni a déclaré que Mme Haidar "irait jusqu’à la mort, c’est certain. La famille ne va pas intervenir".

"Nous attendons son retour, morte ou vive", a-t-il ajouté. "Son retour est certain. Ce que nous ignorons, c’est si elle l’effectuera dans un cercueil. Vu comment se présentent les choses, je vois une fin malheureuse".

Aminatou Haidar, 42 ans, militante pour l’indépendance du Sahara occidental, observait mardi son 23e jour de grève de la faim pour pouvoir rentrer à Laâyoune. Le Maroc lui en refuse catégoriquement l’accès, arguant qu’elle aurait renié sa nationalité marocaine.

"Nous voulons le retour de notre maman !"

Aminatou Haidar a été expulsée le 14 novembre du Sahara occidental par les autorités marocaines qu’elle accuse de lui avoir confisqué son passeport marocain. Selon Rabat, elle a refusé "d’accomplir les formalités habituelles de police et renié sa nationalité marocaine".

La presse espagnole a publié mardi des extraits d’une lettre de ses deux enfants, âgés de 15 et 13 ans. Ceux-ci lancent "un appel urgent à tous les enfants du monde" et à "toutes les mamans du monde".

"Nous voulons le retour de notre maman !", ont écrit les enfants, selon un fac-similé de la lettre rédigée en français et publié par ABC à sa une.

La militante pro-Polisario, qui ne fait pourtant pas partie de cette organisation indépendantiste, a fait savoir lundi qu’elle refuserait tout type de soin médical. Embarrassé par la tournure des événements, le gouvernement socialiste espagnol tente de la dissuader de poursuivre son combat jusqu’à une issue fatale.

Un juge d’instruction espagnol a mandaté lundi un troisième expert médical pour statuer sur l’éventuelle hospitalisation forcée de la militante, ont également indiqué des sources judiciaires à Lanzarote (Canaries).

Hospitalisation forcée ?

Cette décision a été prise après l’établissement de deux rapports médicaux contradictoires; l’un du médecin personnel de Mme Haidar, qui juge son état très grave; l’autre d’un médecin requis par le magistrat, qui a estimé que son état n’était pas si critique.

"Son temps est en train de s’achever. Nous ne pouvons plus parler de semaines, mais d’heures ou de jours", a indiqué samedi le médecin personnel de Mme Haidar, Domingo de Guzman Perez Hernandez.

Après avoir recueilli un troisième rapport médical, le juge devrait prochainement décider ou non d’ordonner l’hospitalisation de Mme Haidar.

La préfecture des Canaries avait demandé dimanche soir au magistrat de "prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la vie et l’intégrité d’Aminatou Haidar", y compris son "hospitalisation".

Le Maroc considère que le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole qu’il a annexée et administrée depuis 1975, fait partie intégrante de son territoire. Le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, réclame son indépendance malgré la proposition de Rabat de lui accorder une large autonomie.