Politique

Guinée : la junte accuse Kouchner d’avoir voulu « préparer un coup d’Etat »

| Par Jeune Afrique
Selon la junte, Dadis « va bien » et « rentrera bientôt »

Selon la junte, Dadis "va bien" et "rentrera bientôt" © AFP

La France dément toute implication dans la tentative de meurtre contre le capitaine Moussa Dadis Camara. Le chef de la junte devrait « bientôt » rentrer mais, en attendant son retour, les militaires putschistes suspendent leur participation aux négociations de sortie de crise.

Le porte-parole du chef de la junte guinéenne, le ministre Idrissa Chérif, a accusé le chef de la diplomatie française et des "services français" d’avoir voulu "préparer un coup d’Etat" en Guinée, dans un entretien accordé mardi soir à des journalistes français.

La France "dément énergiquement" des "rumeurs absurdes" et rappelle la "priorité" de la tenue d’élections, a déclaré mardi le porte-parole .

"Ce sont des rumeurs absurdes que nous démentons énergiquement, il n’y a pas de temps à perdre en polémiques stériles", a déclaré mardi à l’AFP le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero. Et de rappeler la "priorité" de la tenue d’élections.

"Il y a trois jours de cela, le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a reçu (l’opposant guinéen) Alpha Condé", a affirmé le ministre chargé de Communication à la présidence, Idrissa Chérif, à des journalistes de RFI, de France 24 et l’AFP.

"Un pays colonisateur nommément cité"

"Ensemble, ils ont appelé [le président de la Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn] Chambas pour lui demander de faire des déclarations et d’essayer de prendre des contacts avec l’intérieur de la Guinée, afin de pouvoir préparer un coup d’Etat pour renverser le régime, en l’absence du chef de l’Etat", a soutenu M. Chérif.

M. Chérif a de nouveau affirmé que la tentative de meurtre du chef de la junte, Moussa Dadis Camara, le 3 décembre, par son aide de camp Aboubacar Sidiki Diakité, dit Toumba, était une "tentative de coup d’Etat".

Il a alors suggéré que des "services français" avaient pu être impliqués.

"Ce n’est pas seulement un attentat qui a été préparé, mais un coup d’Etat, et un pays colonisateur de la Guinée a été nommément cité par ceux qui ont été pris. Ils ont dit qu’ils avaient été encouragés par certains services de nos colonisateurs", a-t-il assuré, en précisant ensuite: "ce sont des services français".

"Nous allons faire passer (les individus arrêtés) à la télévision et ils vont expliquer comment ça a été organisé", a-t-il encore déclaré.

Chambas "actionné" par Kouchner ?

A la télévision d’Etat guinéenne, M. Chérif avait déjà accusé mardi M. Kouchner d’avoir "actionné" M. Chambas pour qu’il "déstabilise la Guinée".

M. Chambas avait notamment déclaré mardi, dans un entretien accordé à un média international repris par la presse guinéenne, que les putschistes devaient être "ostracisés dans la région, en Afrique et sur la scène internationale".

M. Chambas avait également déclaré sur RFI qu’il fallait "trouver un moyen de sortir de la crise" en Guinée et faire en sorte que la junte "contribue positivement et constructivement pour un établissement de la démocratie".

Par ailleurs, l’ambassade de France à Conakry n’a pas souhaité commenter des informations circulant dans la ville, selon lesquelles la voiture diplomatique de l’ambassadeur aurait été soumise, lundi, à un contrôle par des militaires. Ce contrôle, à l’entrée de l’aéroport de Conakry, aurait eu lieu dans le contexte des recherches menées pour retrouver le militaire Toumba, dont la tête est mise à prix.

Les militaires ont en effet annoncé le 5 décembre qu’une "forte récompense" serait attribuée à toute personne qui permettrait d’arrêter l’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara.

Médiation en suspend

La junte affirme que Dadis, en convalescence au Maroc, "va bien" et qu’il "rentrera bientôt", mais cette version officielle est mise en doute par bon nombre de Guinéens qui s’interrogent sur l’état de santé réel du capitaine, lequel n’a pas fait d’apparition ni de déclaration dans les médias depuis la tentative de meurtre.

Toujours est-il que c’est le numéro deux de la junte qui se charge de l’intérim. Le ministre de la Défense guinéen, le général Sékouba Konaté, était absent lorsque le président putschiste a été attaqué. Il est rentré à Conakry dans la nuit de vendredi après un voyage d’affaires de quelques jours au Liban.

Longtemps considéré comme un fidèle de Dadis, Sékouba Konaté a vu ses relations avec ce dernier se détériorer quand le chef du CNDD a commencé à afficher son goût pour le pouvoir et à entretenir le doute autour de ses véritables intentions. Le fossé entre eux s’est encore creusé après les massacres du 28 septembre.

Un massacre qui a aggravé la crise guinéenne, provoquant l’intervention du médiateur et président burkinabè Blaise Compaoré. Le "facilitateur" a déjà recueilli les propositions de sortie de crise des Forces vives (partis, syndicats, société civile) et de la junte. Blaise Compaoré avait remis alors un « protocole d’accord favorable à la junte », qui avait provoqué la colère des Forces vives.

"Pour le moment, notre participation aux négociations n’est pas bannie mais suspendue jusqu’au retour (au pouvoir, ndlr) du président", a déclaré à la télévision nationale le colonel Moussa Keïta, ministre secrétaire permanent du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD, junte).

"Nous savons que c’est dans la négociation, certainement, que le peuple ou la nation aura son salut. Mais, pour le moment, ce qui préoccupe le CNDD et le gouvernement, c’est la santé du président, c’est la quiétude interne", a expliqué le colonel Keïta, apparaissant en uniforme, dans une interview diffusée plusieurs fois dans la soirée par la radio-télévision guinéenne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer