Diplomatie

Kouchner à Kigali

Bernard Kouchner le 22 décembre 2009 à Paris © AFP

Un mois et demi après le rétablissement des relations entre la France et le Rwanda, le ministre français des Affaires étrangères vient entériner in situ la réconciliation. Reste à la concrétiser.

Le moment est fort pour Bernard Kouchner. Le 6 janvier vers 19 heures, le ministre français des Affaires étrangères a débarqué à Kigali. C’est la première étape d’un marathon africain de 5 jours qui l’emmènera successivement à Kinshasa, Brazzaville, Ouagadougou et Abidjan. Mais c’est surtout la première visite officielle française depuis le rétablissement des relations diplomatiques entre Paris et Kigali, en novembre dernier.

Relations douloureuses

Mandats d’arrêt contre des proches du président rwandais Paul Kagame, humiliations et accusations réciproques, avec, en terrible toile de fond, le génocide de 1994 : en 2006, le divorce franco-rwandais a mis un terme à des relations brutales et douloureuses. Alors, la réconciliation a beau être entérinée, elle ne se fera pas du jour au lendemain.

Tout à faire

Preuves concrètes, les restes poussiéreux, abîmés par trois ans d’abandon, de l’ambassade, de la résidence et du centre culturel français. Bernard Kouchner doit les visiter dans la journée du 7 janvier, en compagnie du futur ambassadeur à Kigali, Laurent Contini. Dans la nouvelle relation franco-rwandaise qui démarre, il y a tout à faire. Réinventer une coopération économique, sauvegarder la langue de Molière dans un pays qui a résolument opté pour celle de Shakespeare et, surtout, instaurer la confiance. Le travail du nouvel ambassadeur sera sous haute surveillance.

D’homme à homme

Les relations entre les hommes, elles, sont bonnes. Lui qui ne rappellera jamais assez, la main sur le cœur, son action contre le génocide, Bernard Kouchner a apprécié d’être accueilli à l’aéroport par Rose Kabuye. La directrice du protocole de Paul Kagame, figure symbolique des relations franco-rwandaises (visée par un mandat d’arrêt, elle a été arrêtée en Allemagne puis transférée en France en 2008). Le 7 janvier, il avait rendez-vous avec Paul Kagame, son homologue, Louise Mushikiwabo, ainsi que la présidente de l’Assemblée nationale, Rose Mukantabana.

Reste à transformer les symboles en actes. La visite prochaine de Nicolas Sarkozy – fin février, espère ce dernier -, devrait y contribuer.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte