Politique

La campagne togolaise sur la ligne de départ

| Par
Kofi Yamgnane, premier maire noir de France, est candidat à  l’élection présidentielle au Togo

Kofi Yamgnane, premier maire noir de France, est candidat à  l'élection présidentielle au Togo ©

Les préparatifs de l’élection présidentielle prévue le 28 février prochain ne manquent pas de piquant. Le clan Gnassingbé fait vendre les sacs de 10 kg de riz – sur lesquels on peut lire : « Le riz, c’est mon Faure » – à 2010 F CFA… Un prix faisant directement référence à l’année de l’élection et situé quelque peu en-dessous de ceux du marché.

Le chef de l’État a également tenté de faire appel au souvenir du premier président de la République togolaise, Sylvanus Olympio. Le 31 décembre 2009 – grande première -, il a annoncé qu’avec l’accord de la famille, la dépouille du père de l’indépendance togolaise serait rapatriée du Bénin, où elle repose depuis 1963.

Une opposition divisée

La réponse de Gilchrist Olympio – l’héritier de Sylvanus – est sans ambiguïté. A travers un communiqué de l’Union des forces de changement (UFC) du 4 janvier, il « dénonce et condamne fermement cette manœuvre électoraliste scandaleuse et inacceptable ».
L’opposition togolaise ne perd jamais une occasion de vitupérer contre Faure Gnassingbé. Mais sa force de contestation est atténuée par de profondes divisions. Alors que les conditions semblent réunies pour que le scrutin se déroule dans une atmosphère plus apaisée qu’en 2005, deux des leaders les plus médiatiques de l’opposition ne parviennent plus à s’entendre.
Il est peu probable en effet que l’UFC de Gilchrist Olympio et l’outsider franco-togolais Kofi Yamgnane parviennent à se mettre d’accord sur une candidature commune. Faisant fi du peu de chances qu’on lui prête pour l’élection, le second sait qu’il doit avoir le verbe haut pour répondre à la condescendance du premier. « On n’a jamais vu un éléphant suivre un chien » », dit Olympio. Et Yamgnane de répliquer : « l’opposition a eu cinq tirs au buts [entendez élections, NDLR]. Le ballon n’est pas rentré une seule fois. Il faut changer de tireur ! »

Détermination et combativité

Ayant passé la majorité de sa vie hors du Togo, Kofi Yamgnane a peu de chance de recevoir un jour l’appui de l’UFC. Il peut en revanche compter sur sa détermination et sa combativité. Il sillonne le Togo depuis un an et ne néglige pas la diaspora togolaise et africaine. Fin janvier 2010, après avoir fini une tournée en Europe, il effectuera un voyage au Canada et aux Etats-Unis. Avant de rentrer au Togo pour, espère-t-il, récolter les fruits de ses efforts.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte