Société

Le développement par la diaspora ?

 Des dizaines de projets d’investissement en Afrique, portés par la diaspora, ont été présentés lors de l’African Diaspora Marketplace à Washington. Les gagnants ont reçu entre 50 000 et 100 000 pour mettre en oeuvre leurs plans.

Mis à jour le 16 janvier 2010 à 11:28

© USAID

Exporter des fruits séchés depuis le Kenya, développer l’aquaculture au Nigeria, utiliser l’énergie solaire pour cuisiner le traditionnel « matooke » ougandais, transporter des touristes le long des côtes de la Sierra Léone…  

Ce sont quelque 58 projets de ce type qui ont été présentés entre le 11 et le 13 janvier au cours de l’African Diaspora Marketplace (www.diasporamarketplace.org), une rencontre organisée à Washington par l’entreprise de transfert d’argent Western Union et l’agence américaine d’aide au développement USAID.

Projets portés par la diaspora africaine aux Etats-Unis

Ces 58 projets, choisis parmi environ 700 dossiers, avaient pour particularité d’être portés par des membres de la diaspora africaine installés aux Etats-Unis dans le but de favoriser le développement économique de leur pays d’origine, notamment par la création d’emplois.

Pour Aida Diarra, vice-présidente de Western Union pour la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, « ces 58 projets représentent un investissement potentiel de plus de 22 millions de dollars dans 14 pays d’Afrique subsaharienne ».

La plupart des participants – généralement des professionnels déjà bien installés dans les affaires sur le territoire américains – étaient originaires de pays anglophones (Kenya, Ouganda, Nigeria) ou ayant une longue histoire d’émigration vers les Etats-Unis (Ethiopie, Liberia).

1,5 million de dollars distribués

Au cœur de leurs préoccupations : le développement de l’agro-industrie et des nouvelles technologies, en gardant toujours en tête la nécessité de protéger l’environnement.

Parmi les 58 entrepreneurs potentiels présents à Washington, 14 ont été sélectionnés par un jury de spécialistes et recevront au total la somme de 1,5 millions de dollars offerte par Western Union (800 000 $) et l’USAID (700 000 $).
 
L’Ethiopie et le Ghana sont les deux pays les plus représentés. Chacun des gagnants obtiendra ainsi entre 50 000 et 100 000 dollars pour poursuivre la mise en œuvre de son projet.
 
Choisi parmi les finalistes, Ronald Mutebi, qui compte fabriquer de petits fours solaires en Ouganda, ne cache pas son enthousiasme : « Maintenant, je sais que je peux le faire et je vais le faire », dit-il. Il lui fallait cette impulsion.
 
Ceux qui n’ont pas été élus cette fois se consolent : la compétition leur a permis de préparer de solides « business plans » et, la volonté aidant, ils ne devraient guère avoir de mal à trouver l’aide et les capitaux dont ils ont désormais besoin. Tous l’affirment : ils avaient décidé d’investir dans leur pays d’origine et l’African Diaspora Marketplace les a encouragés à persévérer.