Archives

Un Malien escroqué par un dirigeant de BNP Paribas ?

BNP-PAribas a révoqué son cadre dirigeant pour non-respect de l'éthique © AFP

Un homme d'affaires malien propriétaire d’une mine d’or dans son pays affirme avoir été dupé par le numéro quatre de BNP Paribas. Le banquier lui aurait promis un investissement de 200 millions de dollars en échange d’une importante commission à verser sur le compte d'une société à l’étranger…

Jacques-Philippe Marson, PDG de BNP Securities Services (BP2S) et quatrième dirigeant du groupe BNP Paribas, et l’homme d’affaires malien Aliou Boubacar Diallo se renvoient la balle dans une affaire d’investissements opaques et d’abus de confiance concernant un projet de mine d’or au Mali.

Le premier a porté plainte fin décembre contre le second pour « menace et tentative d’extorsion de fonds ». Licencié par la BNP fin novembre, Jacques-Philippe Marson reproche à l’entrepreneur malien de l’avoir approché seulement pour se servir de son image.

Dans le même temps, BNP Paribas a attaqué en justice son ex-numéro quatre pour « manquement aux procédures internes ». Comme pour enfoncer le clou, Aliou Boubacar Diallo a à son tour déposé une plainte contre Jacques-Philippe Marson pour « escroquerie, et abus de confiance ».

Après cette succession de plaintes, une enquête préliminaire a été ouverte ce lundi 25 janvier. Elle a été confiée à la brigade financière de Paris.

200 millions de dollars d’investissements

Pour démêler cet imbroglio judiciaire, il faut revenir à Kodieran, au Mali, vers la fin de l’année 2008. A l’époque, Aliou Boubacar Diallo démarche Jacques-Philippe Marson : il est à la recherche d’investisseurs pour un projet minier. Le dirigeant de la banque lui aurait promis de trouver des investisseurs à hauteur de 200 millions de dollars, et lui réclame une commission de 6% pour son rôle d’intermédiaire. Cet argent devra être versé, dit-il, sur le compte bancaire de la société Euro Financial Advisors (EFA), hébergée en Belgique.

Confiant, l’homme d’affaire malien ferme en 2009 l’unité expérimentale du site minier et fait construire une structure bien plus grande, qu’il entend rentabiliser avec les investissements qu’il pense bientôt obtenir. Mais il ne recevra jamais de nouvelles de son « contact » chez BP2S. Son projet mort-né, il est contraint de revendre des parts de son propre apport.

Le banquier révoqué par la BNP

Le quotidien français Le Monde vient de révèler que la société belge EFA, créée en 1986, est enregistrée en tant que « société commerciale anonyme ». Elle est gérée par l’ex-épouse de Jaques-Philippe Marson depuis que celui-ci a intégré BNP Paribas. Et lui permet de percevoir des commissions pour des activités de conseil annexes.

Les avocats du banquier français plaident la bonne foi de leur client, « victime » selon eux d’une « manipulation ». Aliou Boubacar Diallo aurait approché leur client dans le seul intérêt de jouer ensuite de la réputation de ce dernier, et de celle de la banque qu’il représentait, auprès d’investisseurs éventuels. Il aurait en quelque sorte servi de « caution » au propriétaire de la mine d’or en quête de financements.

« M. Diallo a délibérément surestimé sa relation avec M. Marson pour s’en prévaloir auprès d’autres investisseurs et aucun euro n’est rentré ou sorti de la poche de M. Marson dans cette affaire », souligne Me Morain.

Depuis, la banque a écarté son dirigeant pour son attitude contraire « à l’éthique du groupe », et a signé sa « révocation ». Lui préfère parler de « simple suspension », le temps de l’enquête…

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte