Politique

UA : Kadhafi passe la main au Malawite Bingu Wa Mutharika

Le président du Malawi Bingu Wa Mutharika succède à Kaddafi à la tête de l'UA

Le président du Malawi Bingu Wa Mutharika succède à Kaddafi à la tête de l'UA © APANEWS

A l’ouverture du sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba, le guide libyen s’est résigné à céder la place au président du Malawi à la tête de l’organisation. Tout en qualifiant d' »inutile » le rôle de président de l’UA qu’il a assumé pendant un an.

Le colonel Kadhafi n’est plus président de l’Union africaine. Lors de la cérémonie d’ouverture du 14e sommet des chefs d’Etat, le 31 janvier, il a passé la main à son successeur.

Le président du Malawi, Bingu Wa Mutharika avait été choisi par ses pairs de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), selon une règle tacite de rotation régionale de la présidence en exercice de l’UA.

Le baroud d’honneur du « Guide » libyen n’aura finalement pas duré. Quelques jours avant le sommet, sans qu’il ait jamais annoncé son intention de prolonger son mandat, Mouammar Kadhafi faisait l’objet de toutes les rumeurs. Une campagne avait été menée par ses proches dans nombre de pays du continent pour qu’il soit candidat à sa propre succession.

Devant la fermeté de la SADC et de la Commission de l’UA, il a fini par plier. Il aura suffi d’une trentaine de minutes aux leaders du continent pour imposer Mutharika comme président en exercice, lors d’une réunion à huis clos tenue en plein milieu de la cérémonie d’ouverture.

Sous l’oeil de chefs d’Etat amusés
Dans son discours, juste avant de transmettre le flambeau, Kadhafi s’en est pris au rôle « inutile » du président en exercice de l’UA, « une fonction qui n’a pas de sens pour le moment », selon lui. « Si j’avais su cela, il y a un an, en prenant la présidence, j’aurais refusé. »

Annonçant qu’en tant que « soldat de l’Afrique, il continuera d’assumer ses responsabilités », le "Guide" a donné rendez-vous à ses pairs lors du sommet afro-arabe qui doit se tenir à Tripoli d’ici à la fin de l’année.

Puis, il s’est retiré de la salle après le discours d’acceptation de son successeur, suivi par la demi-douzaine de « rois traditionnels » qui l’accompagnaient. Il avait d’ailleurs donné la parole à leur représentant – un chef de tribu ivoirien – quelques heures auparavant, devant une aréopage de chefs d’Etat amusés.

La cérémonie d’ouverture du sommet des chefs d’Etat s’est terminée vers 15h (heure éthiopienne) avec le lancement de l’année pour la Paix et la sécurité.
 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte