Politique

Hissène Habré bientôt devant la justice ?

| Par Jeune Afrique
Jacqueline Moudeina, avocate des victimes de l’ancien président tchadien Hissène Habré

Jacqueline Moudeina, avocate des victimes de l'ancien président tchadien Hissène Habré © AFP

Dix ans après les premières actions engagées pour obtenir l’inculpation de l’ancien président tchadien, ses victimes réclament toujours un procès.

Me Jacqueline Moudeina, l’avocate des victimes d’Hissène Habré a demandé lors d’une conférence organisée par les victimes, ainsi que plusieurs ONG et des associations de défense des Droits de l’Homme mercredi 3 février à N’Djamena, que l’ex-président tchadien soit enfin jugé. Cette semaine marque le 10e anniversaire de la mise en accusation de l’ancien chef d’Etat pour "crimes contre l’humanité". A cette occasion, les victimes organisent une "semaine contre l’impunité" et multiplient les actions.

Hissène Habré, qui vit à Dakar depuis sa chute en 1990, est accusé d’être le résponsable de milliers d’assassinats politiques et de torture systématique durant ses années de pouvoir (1982-1990). Il est poursuivi pour "crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture".

Lutter contre l’impunité

"C’était exactement le 3 février 2000. Nous avions engagé des actions pour obtenir l’inculpation de celui qui a fait disparaître plus de 40.000 personnes. Mais nous avons le regret de constater que Hissène Habré n’est toujours pas jugé pour ses crimes, alors que les victimes continuent à mourir. L’inculpation d’Hissène Habré et ses complices est une condition pour lutter contre l’impunité et parvenir à une véritable réconciliation au Tchad", a affirmé Me Jacqueline Moudeina.

De son côté, Me Mahamat Hassan Abakar, ancien président de la Commission d’enquête sur les crimes d’Hissène Habré (décembre 1990-mai 1992), accuse les autorités tchadiennes de laxisme. "Si les autorités avaient la volonté d’aider les victimes à obtenir réparation, Hissène Habré serait déjà jugé. Comme ses complices sont devenus utiles pour les autorités actuelles, ils sont non seulement restés impunis mais ils continuent toujours à tuer", a-t-il déclaré.

La France, prête à aider

Hissène Habré a été mis en accusation pour la première fois le 3 février 2000 par un juge sénégalais, avant que la justice sénégalaise ne se déclare incompétente. En juillet 2006, l’Union africaine a donné mandat au Sénégal de le juger. Ce procès n’a pas encore démarré.

La France est prête financièrement à prendre "sa part dans le soutien qui sera apporté au Sénégal" pour l’organisation du procès, a indiqué mercredi à Paris le ministère des Affaires étrangères. "Nous souhaitons que ce procès puisse avoir lieu rapidement et dans de bonnes conditions", a dit lors d’un point-presse son porte-parole, Bernard Valero.  (avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer