Société

Yar’Adua, de retour, laisse les rênes du pays à Goodluck Jonathan

Mis à jour le 24 février 2010 à 15:50

Le chef de l’Etat nigérian a atterri dans la nuit de mardi à mercredi dans la capitale nigériane. Son avion a été immédiatement rejoint par une ambulance, ce qui laisse planer le doute sur sa santé.

Publié le 24 février 2010 à 11h20, remis à jour à 15h50

Rentré au Nigeria après une longue convalescence, le président Umaru Yar’Adua devrait poursuivre sa guérison à son domicile et laisser les rênes du pouvoir à son vice-président, Goodluck Jonathan, qui assure actuellement la présidence par intérim.

"Pendant que le président poursuit sa guérison, le vice-président Jonathan va continuer de s’occuper des affaires de l’Etat", a en effet indiqué Segun Adeniyi, le porte-parole du président, dans un communiqué publié mercredi 24 février.

Après trois mois d’hospitalisation en Arabie saoudite, le président nigérian Umaru Yar’Adua est rentré dans son pays, a confirmé Abdallah Aminchi, l’ambassadeur du Nigeria à Ryad.

Deux avions ont atterri peu avant 2 heures du matin (01h00 GMT) mercredi à l’aéroport d’Abuja, et se sont rangés dans l’aire réservée au chef de l’Etat. Une ambulance et plusieurs 4X4 aux vitres teintées se sont immédiatement rendus au pied de l’appareil. L’aéroport était placé sous haute sécurité.

Un seul signe de vie

Ce retour du chef de l’Etat nigerian ne lève pas l’incertitude planant sur son état de santé. Umaru Yar’Adua était hospitalisé à Djeddah (Arabie Saoudite) depuis le 23 novembre pour une affection au coeur et des problèmes rénaux.

Âgé de 58 ans, il n’avait donné qu’un seul signe de vie aux médias en accordant un bref entretien à la radio britannique BBC, le 12 janvier. Depuis, il n’a pas été vu en public.

L’ambassadeur nigérian en Arabie Saoudite a affirmé que "son état de santé [s’était] énormément amélioré" ces derniers temps. Mais Emmanuel Egbogah, un conseiller d’Umaru Yar’Adua, a estimé "incertaine" une reprise immédiate de ses fonctions.

La suite de la journée devrait permettre d’en savoir plus. La participation de Yar’Adua à une réunion ministérielle prévue aujourd’hui pourrait être un signe de son aptitude à reprendre le pouvoir, deux semaines après la désignation de Goodluck Jonathan comme président par intérim.

A contrario, son absence soulèverait de nouvelles interrogations sur sa capacité à diriger le pays dans un avenir proche.