Politique

La junte au pouvoir en tournée ouest-africaine

Salou Djibo, nouveau chef de l’Etat nigérien, a mandaté une délégation de la junte au pouvoir pour aller à la rencontre de plusieurs dirigeants d’Afrique de l’Ouest.

Mis à jour le 25 février 2010 à 19:35

En quête de légitimité, les auteurs du putsch contre le président déchu Mamadou Tandja ont décidé de s’atteler sans plus tarder à la gestion de leurs relations diplomatiques. Une délégation de la junte au pouvoir a donc entamé jeudi 25 février une tournée en Afrique de l’Ouest, tout juste une semaine après avoir pris le contrôle du palais présidentiel.

Le numéro un de la junte Salou Djibo, proclamé chef de l’Etat lundi soir, "a chargé le colonel Hassane Mossi d’une mission en République fédérale du Nigeria, au Togo, au Ghana et au Burkina Faso", a indiqué la radio La Voix du Sahel.
Selon des journalistes présents au Nigeria, il semblerait qu’une rencontre avec Goodluck Jonathan, le vice-président du pays – assurant actuellement la présidence par intérim– soit prévue.
Le colonel Mossi est accompagné dans ses visites officielles par dix membres de la junte ainsi que par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Abdoulaye Dan-Maradi.

Sur le chemin de la démocratie ?

Après le coup d’Etat du 18 février dernier, la junte militaire s’installe au pouvoir et entend semble-t-il se faire reconnaître à l’échelle régionale. Rencontrer les leaders africains pourrait être le prélude à une transition rapide et à un prochain transfert du pouvoir aux civils, ce qui confirmerait la volonté affichée des putschistes d’oeuvrer à la restauration de la démocratie.

La junte a déjà nommé un nouveau chef d’Etat, Salou Djibo, qui a fait appel à un civil pour endosser les habits de Premier ministre. Mahamadou Danda a donc pris les rênes de l’exécutif, même si le président de la transition conserve la primauté sur tous les ministres, Premier ministre y compris.