Politique

Agbéyomé Kodjo: « J’irai libérer Kpatcha Gnassingbé! »

Par - Jean-Claude Abalo, à Lomé
Mis à jour le 3 mars 2010 à 07:35

Jeuneafrique.com: Est-il possible de mettre le Rassemblement du peuple togolais (RPT, parti présidentiel) en échec ?
Agbéyomé Messan Kodjo: Cette élection présidentielle sera pour les Togolais un référendum. Faure a plongé le pays dans la misère et dans le désastre moral. Faure a multiplié les palais dans toutes les préfectures. En cinq ans, Faure s’en est bâti une dizaine dans le pays. Sans compter l’argent public, bien sûr. Je m’insurge et je m’élève contre cela. Ce n’est pas ce type de gouvernance que nous voulons. C’est moi que le président Eyadéma avait choisi pour lui succéder. Et c’est pour ça que je prie tous les dieux pour que le 4 Mars mette fin à cette parenthèse et à cette imposture.

Pourquoi vous-êtes vous retiré du Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC, opposition), dont vous étiez le directeur de campagne ?

Nous nous sommes retrouvés, l’Union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio et mon parti, l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) pour celer un mariage. On s’est mariés pour être plus fort, pour réaliser l’alternance et le changement pour 2010. Nous nous sommes retrouvés non pas pour boycotter l’élection, non pas pour créer la zizanie, mais pour libérer le peuple togolais. J’ai demandé que Gilchrist Olympio se prononce clairement sur son soutien à Jean-Pierre Fabre. Il a traîné. On a fait de la politique avec petit P. On a menacé de se retirer de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à quelques jours du scrutin. Je ne veux pas hypothéquer mon avenir; celui de mon parti et celui de la jeunesse pour des comportements de ce genre qui suscitent beaucoup de frustrations dans le pays.

Comment jugez-vous le bilan de Faure Gnassingbé à la tête du pays ?…
Lorsque Faure a pris les rênes du Togo, 62 % des Togolais vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Aujourd’hui, ils sont 75 %. Depuis 2005, c’est l’arbitraire, le pillage des deniers publics. Comment peut-on accepter que des ministres de la République climatisent leur garage ? Comment peut-on accepter que l’on pille les ressources du pays de cette manière ? La gestion laxiste qu’incarne Faure, on n’a jamais vu ça sous Eyadéma. C’est quoi le bilan de Faure ? Le nombre de ses voyages à l’étranger ? La manière dont il a cassé sa famille biologique ? Ou celle dont il a cassé le RPT ? Celle dont il a divisé l’armée ? Il a tout divisé dans le pays. Alors, je considère que Faure n’a aucune chance d’être élu.

Croyez-vous à une élection sans violence ?
Faure et ses amis circulent de gauche à droite en disant qu’il faut des élections sans violence. Mais je considère que si vous ne voulez pas de violences, il faut d’abord éviter de tricher.

Votre première action quand vous serez président de la République ?

J’irai libérer Kpatcha Gnassingbé. Nous avons dit que nous allons libérer tous les prisonniers politiques. Je considère que Kpatcha en est un.

Vous mettrez sûrement le RPT à l’écart lorsque vous serez aux affaires ?
OBUTS est un mouvement de libération. Ceux qui cherchent aujourd’hui l’alternance au Togo ne sont pas seulement du côté de l’opposition. Il y en a également au RPT. Je gouvernerai donc avec toutes les compétences et toutes les sensibilités.

Retrouvez le portrait de Agbéyomé Messan Kodjo ici.