Société

Les « talibans » nigérians menacent les États-Unis

L'ancien chef de l'organisation, Mohamed Yusuf, lors de son arrestation.

L'ancien chef de l'organisation, Mohamed Yusuf, lors de son arrestation. © AFP

La secte intégriste musulmane Boko Haram dit continuer le « combat divin » au Nigeria et dans le monde. Elle est à l’origine d’une insurrection qui avait fait plus de 800 morts à l’été 2009.

Même affaiblie par la perte de son leader, en juillet 2009, la secte Boko Haram continue d’annoncer ses projets délirants. « Nous allons lancer des attaques plus importantes que les moujahidines irakiens ou afghans contre nos ennemis à travers le monde, particulièrement aux Etats-Unis », a ainsi déclaré Musa Tanko, le porte-parole de l’organisation, devant la presse lundi 29 mars. « Les Etats-Unis sont une cible à cause de leur oppression et agression contre les nations musulmanes, particulièrement en Irak et en Afghanistan et pour leur soutien aveugle à Israël dans les assassinats de nos frères palestiniens », a-t-il renchéri.

Etablir la charia dans tout le Nigeria

Boko Haram, organisation basée dans le Nord du pays dont le nom est un mélange d’arabe et d’haoussa signifiant « l’école occidentale est interdite », comprendrait quelques centaines d’adeptes dont une majorité de jeunes. Elle s’identifie avec Al-Qaïda et les talibans afghans, mais n’a aucun lien avec la nébuleuse djihadiste. Ces « talibans nigérians » cherchent à instaurer la charia dans tout le Nigeria (seul un tiers des états est actuellement régie par la loi islamique).

« Notre attention est actuellement concentrée sur le Nigeria qui est notre point de départ », a précisé le porte parole de l’organisation. Pour cela, le groupe mène des attaques contre les symboles chrétiens et ceux de l’Etat fédéral. En juillet 2009, les membres de Boko Haram avaient déclenché une insurrection contre les forces de l’ordre. Plus de huit cent personnes étaient mortes au cours des affrontements. Le chef de l’organisation, Mohamed Yusuf, n’y a pas réchappé. Il est décédé dans des circonstances troubles, peu après son arrestation.

Le 9 février dernier, la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira avait diffusé des images montrant l’exécution de certains membres de Boko Haram par des policiers nigérians. Dix-sept officiers nigérians avaient alors été arrêtés. « Les assassinats brutaux de nos frères par les forces de sécurité nigérianes montrés sur Al-Jazira n’ont d’aucune façon atteint notre moral, a commenté le porte parole de la secte. Cela a juste renforcé notre détermination dans notre saint combat pour nous débarrasser du régime séculaire et pour établir durablement un gouvernement islamiste ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte