Société

Halal, mais pas sexshop

| Par
El Asira souhaite aider les époux musulmans à s'épanouir sexuellement.

El Asira souhaite aider les époux musulmans à s'épanouir sexuellement. © D.R.

El Asira.com vend des produits aphrodisiaques destinés à améliorer la sexualité des couples musulmans. Cependant, rien à voir avec un sexshop halal virtuel, insiste l’un de ses créateurs. Une confusion qui sert tout de même la notoriété du tout jeune site…

« El Asira, c’est une meilleure santé sexuelle, le bien-être, la responsabilité. Et pas la pornographie ou simplement le sexe.» Slogan publicitaire ? Plutôt une mise au point. Les Néerlandais Abdelaziz Aouragh et Stefan Delsink essaient de casser l’image de « sex-shop halal » qui colle à la peau de leur site, El Asira.com (« la société », en arabe), lancé il y a deux semaines à Amsterdam.

« C’est un malentendu causé par les médias. Nous voulons être un webshop suivant les préceptes de la charia, ce qui ne signifie pas qu’il est alors un "sexshop islamique". Nous n’utilisons pas les photos pornographiques, la nudité, le langage grossier, les sextoys, les films pornos, les magazines… Et tout autre chose qui contredirait l’islam », assure Abdelaziz Aouragh, d’origine marocaine.

Plaisir partagé

La mission d’El Asira est d’offrir « quelque chose qui n’était pas là mais dont la majorité des musulmans avait besoin ». Moins pudiquement, il s’agit d’aider les époux musulmans, mais pas seulement, à s’épanouir sexuellement. Et il est bien question de la jouissance des deux partenaires – comme le recommanderait l’islam.

« Une fois qu’il a satisfait son plaisir, l’homme doit patienter jusqu’à ce que son épouse satisfasse son appétit également, explique, selon une traduction d’Islamophile.org, l’Egyptien Cheikh Youssef Al-Qaradawi, notamment président de l’Union mondiale des oulémas musulmans. (…) Si l’homme se retire, cela peut décupler le désir inassouvi de la femme, ce qui constitue un tort à son encontre. La non-coïncidence temporelle des orgasmes impose à l’homme de se retenir, aussi précoce soit-il. »

Gels et crèmes « aphrodisiaques »

Que trouve-t-on sur El Asira ? Trois types de lubrifiants, une huile de massage et d’autres produits à base d’herbes « aphrodisiaques » (maca, tongkat ali, butea superba, orpin rose, fleur des elfes). Rien d’anti-coranique si l’on se fie à l’anthropologue et philosophe algérien Malek Chebel. Dans un entretien à Amabilia.com, l’auteur du Kama Sutra Arabe (éd. Pauvert, 2006) indiquait que l’islam autorise « toute pratique liée à la sexualité et à la sensualité au sein du couple [légitime] ».

La section d’El Asira réservée aux femmes présente des compléments nutritionnels, une crème et un gel intimes « qui accroissent le désir, l’énergie et le bien-être, et (…) renforcent sur un plan plus physique les sensations de plaisir et de satisfaction », souligne Viamax, fournisseur du site. Côté hommes, le fabriquant propose le même package : compléments alimentaires, crème et gel intimes – qui peuvent augmenter « le désir, l’énergie et le bien-être, et (…) stimuler les performances, l’énergie et l’endurance ». Prudence, cependant. Les propriétés énoncées ne sont pas contractuelles…

Un million de visiteurs

Les internautes du monde entier ont la possibilité de commander les produits, dont le prix de lancement varie dans une moyenne allant de 9 à 80 euros. Pour l’heure, les best sellers sont les gels et les crèmes. A combien s’élève la recette ? Secret défense. En revanche, Abdelaziz Aouragh n’est pas peu fier d’indiquer que les visites flirtent avec « le million ». Même si le mythe du « sexshop halal » a sans doute grandement participé à cette affluence.

« [La confusion avec un sexshop] nous vaut des détracteurs mais elle s’est révélée une brillante stratégie marketing pour nous, sans que nous ayons à faire ou dire quoi que ce soit », reconnaît l’entrepreneur âgé de 29 ans. Toujours est-il que l’important trafic sur la boutique virtuelle a provoqué des dysfonctionnements et la fermeture du site pour « quelques jours ».

Tout devrait rentrer dans l’ordre après un changement d’hébergeur. Abdelaziz Aouragh et Stefan Delsink, webmasteur hollando-surinamais, se concentreront alors sur les nouveautés. « Bientôt, confie Abdelaziz Aouragh, il y aura une collection de bijoux et une autre de lingerie, chacune créée exclusivement pour El Asira par un designer reconnu dans son domaine. »

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte