Politique

L’opposante Victoire Ingabire sous les verrous

Mis à jour le 21 avril 2010 à 16:19

On la savait dans la ligne de mire du régime rwandais. La présidente des Forces démocratiques unifiées (FDU) est désormais incarcérée à Kigali. Plusieurs chefs d’accusation ont été retenus contre elle, dont celui de « divisionnisme ».

Plus l’élection présidentielle du 9 août prochain se rapproche, plus les arrestations se multiplient au Rwanda. Après celles de deux généraux, le 20 avril dernier, c’est au tour de la présidente des Forces démocratiques unifiées (FDU, parti d’opposition non agréé par les autorités rwandaises) d’être incarcérée.

Victoire Ingabire, qui avait déjà été empêchée de quitter le territoire rwandais le 23 mars dernier, « a été arrêtée aujourd’hui (mercredi) à Kigali. Elle est accusée de collaboration avec une organisation terroriste, de « divisionnisme », de « négation et minimisation du génocide » des Tutsi au Rwanda en 1994, a indiqué à l’AFP un haut responsable du parquet général, qui a requis l’anonymat.

« Association » avec les FDLR

Elle est notamment accusée d’association avec les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) basées dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a précisé cette source. Le jour même de son retour au pays, le 16 janvier, l’opposante avait demandé, après avoir déposé des gerbes de fleurs à un mémorial du génocide contre les Tutsis à Kigali, que les auteurs de crimes commis contre les Hutus en 1994 soient également jugés. Le régime rwandais du président Paul Kagamé (Front partiotique rwandais, FPR) l’accuse depuis d’avoir nié, par de tels propos, la réalité du génocide de 1994, au cours duquel au moins 800 000 personnes selon l’ONU, en majorité tutsis, avaient été tuées. (Avec AFP)