Politique

James Ibori, l’ancien gouverneur devenu forcené

L'ancien gouverneur du Delta (1999-2007) refuse de se rendre à la justice nigériane.

L'ancien gouverneur du Delta (1999-2007) refuse de se rendre à la justice nigériane. © AFP

Sulfureuse affaire. Sur fond de corruption pétrolière, le bras de fer continue entre l’ancien gouverneur du Delta et l’institution anti-corruption du Nigeria (EFCC). James Ibori se barricade dans son village natal et sa milice privée empêche les autorités de l’interpeller. Une attitude qui, pour l’EFCC, sonne comme un aveu de culpabilité.

L’affaire de l’ex-gouverneur de l’État du Delta (Sud), James Ibori, prend une tournure inquiétante. Recherché activement par la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) pour le détournement présumé de millions de dollars de fonds publics – un mandat d’arrêt a été émis contre lui le 13 avril –, Ibori se barricade dans son village d’Oghara (État de Delta). Selon un communiqué de l’EFCC parvenu mercredi 22 avril au soir à l’AFP, des miliciens armés, qui assurent la garde de son domicile, ont empêché cette semaine son interpellation.

« Nous sommes allés sur place avec l’aide de la police, mais les militants nous ont chassés. Personne ne devrait se mettre au dessus des lois de ce pays », a indiqué la patronne de l’EFCC, Farida Waziri. « Si vous savez que vous n’avez rien à vous reprocher, vous devez vous montrer et aller devant la justice pour laver votre honneur. Mais quand vous rendez cela impossible et que vous vous placez au-dessus de la loi, c’est malheureux », a-t-elle ajouté, déclarant son intention de retourner sur les lieux avec l’inspecteur général de la police.

Personnalité d’influence

Dans l’affaire qui lui vaut d’être actuellement recherché, Ibori est soupçonné d’avoir détourné 520 millions d’actions appartenant au Delta, l’un des 36 États du Nigeria, en vue de l’obtention de 44 milliards de nairas (220 millions d’euros) de prêt pour la société privée Ascot, avec laquelle il a des liens. Personnalité influente au Nigeria – il a participé au financement de la campagne du président malade Umaru Yar’Adua, Ibori a déjà été poursuivi pour corruption par l’EFCC. Mais en décembre 2009, la Haute cour fédérale d’Asaba (Sud) avait abandonné 170 chefs d’inculpation retenus contre lui, jugeant les preuves insuffisantes. Une décision dont l’EFCC a fait appel.

James Ibori a gouverné de 1999 à 2007 l’État du Delta, situé dans le Sud pétrolifère, une région clé d’où le pays tire environ 90 % de ses devises et où opèrent de nombreuses compagnies pétrolières étrangères. Ibori a également fait l’objet d’une enquête en Grande-Bretagne après la découverte, sur place, de biens qu’il aurait acquis avec des fonds détournés. Plusieurs de ses proches y ont déjà été condamnés.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte