Société

La première Miss USA musulmane fait déjà l’objet d’une polémique

Des internautes accusent Rima Fakih d'être "une terroriste en bikini".

Des internautes accusent Rima Fakih d'être "une terroriste en bikini". © Reuters

Rima Fakih vient d’être élue, et déjà les critiques fusent. La première Miss américaine d’origine arabe est l’objet d’une violente campagne de dénigrement lancée par des blogueurs conservateurs, qui l’accusent de liens avec le Hezbollah et mettent en avant des photos dénudées de la belle.

Rima Fakih a 24 ans. Cette jeune Américaine est la première femme d’origine arabe à être couronnée du diadème de Miss USA. Son élection, le 16 mai dernier, a été accueillie par la communauté musulmane américaine comme une victoire et un signe de reconnaissance. Elle a aussi provoqué une vague de fierté au Liban, son pays d’origine, où le président, Michel Sleimane, l’a chaleureusement félicitée.

Hezbollah chiite

Mais dès le lendemain de l’intronisation de la reine de beauté, les blogueurs conservateurs américains se sont emparés de son histoire et l’ont déformée pour en faire un scandale. Selon certains d’entre eux, la famille de la Miss serait liée au Hezbollah chiite, que les États-Unis ont classé sur leur liste des mouvements terroristes. Évidemment, les proches de Rima Fakih se sont empressés de démentir ces accusations. Trop tard : le mal était fait et, depuis, les rumeurs empoisonnent la vie de la jeune Miss.

Rima Fakih a immigré aux États-Unis avec sa famille alors qu’elle était en bas âge, puis a grandi à New York où elle a été scolarisée dans une école catholique, avant de s’installer, en 2003, dans le Michigan. Sa famille pratique la tolérance religieuse, et célèbre à la fois les fêtes musulmanes et les fêtes chrétiennes.

Pole dancing

Comme si cela ne suffisait pas, après ses origines, c’est son passé qui est reproché à Rima Fakih. Des photos circulant sur la Toile la montrent en train de pratiquer le pole dancing, cette danse autour d’une barre verticale qui se pratique dans les clubs de strip-tease. En réalité, les clichés ont été pris lors du concours de danse « Stripper 101 », organisé par une radio locale et remporté par la jeune femme.

Les organisateurs du concours « Miss USA », tout comme la lauréate, n’ont pas commenté publiquement cette polémique.

Le père de Rima Fakih, qui n’avait pourtant pas encouragé la belle à se présenter au concours, a cependant déclaré qu’il était fier de la réussite de sa fille. Et heureux qu’elle soit la première chiite à décrocher le titre de Miss USA. En attendant Miss Univers ? (avec AFP)

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte