Dossier

Cet article est issu du dossier «La Guinée face à son destin»

Voir tout le sommaire
Politique

Fin de campagne sanglante pour Cellou Dalein Diallo

| Par
L’ancien Premier ministre guinéen Cellou Dalein Diallo, candidat à la présidentielle.

L'ancien Premier ministre guinéen Cellou Dalein Diallo, candidat à la présidentielle. © AFP

Des militants arborant des T-shirts à l’effigie de Sidya Touré – qui se défend d’être à l’origine des troubles – ont attaqué des partisans de Cellou Dallein Diallo. Bilan de cette sanglante provocation dont les instigateurs demeurent inconnus : deux morts et plusieurs dizaines de blessés.

Trois jours avant la date prévue pour la première présidentielle libre du pays, de violents affrontements ont opposé, jeudi 24 juin, des partisans de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo à ceux de l’Union des forces républicaines (UFR) de Sidya Touré. Dans la soirée, le bilan était de deux morts et de plusieurs dizaines de blessés dans les rangs de l’UFDG.

Trente véhicules ont en outre été saccagés. Selon des témoignages concordants, les hostilités ont commencé aux environs de 8 heures alors que la délégation de Diallo, considéré comme le grand favori de cette élection, s’apprêtait à quitter la ville de Forécariah (bastion de l’UFR, Basse Guinée), où elle avait passé la nuit.

« Lorsque nous avons voulu partir, notre cortège a été attaqué par des jeunes portant des T-shirts à l’effigie de Sidya Touré. Nous avons immédiatement informé le préfet qui nous a conduits jusqu’à la sortie », raconte un cadre du parti. Selon la même source, des sympathisants de l’UFR armés de haches et de pierres se sont postés à l’entrée de plusieurs autres localités situées sur la route menant à Conakry, où était attendu le président de l’UFDG, en campagne à l’intérieur du pays depuis trois semaines.

Sidya Touré, le président de l’UFR, dénonce « des actes crapuleux conçus dans le cadre d’une stratégie de destruction de l’UFR » (photo : Vincent Fournier, pour J.A.).

Fin de campagne pour l’UFDG

Joint par jeuneafrique.com dans la soirée, Cellou Dalein Diallo était visiblement affecté et éprouvé par « ce déferlement de violence injustifiée et inattendue », et a annoncé la fin de sa campagne. « Vendredi je ne tiendrai pas de meeting, a-t-il dit. Après ce qui s’est passé, je lance un appel à l’ensemble des Guinéens pour que de telles choses ne se produisent plus, car la politique ne doit pas diviser le peuple. La perspective de l’élection devrait être l’occasion de réunir tous les Guinéens autour d’un seul objectif : construire une nation nouvelle unie et prospère. »

De son côté, l’UFR dément être à l’origine des premiers incidents meurtriers de la campagne électorale. Et dénonce dans un communiqué des « actes crapuleux conçus dans le cadre d’une stratégie de destruction de l’UFR et de son candidat Sidya Touré ». Cellou Dalein Diallo et sa suite ont finalement pu regagner la capitale dans l’après-midi, après avoir obtenu des renforts.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte