Société

Assassinat de Jean-Léonard Rugambage : la piste de la vengeance

Jean-Léonard Rugambage a été assassiné devant son domicile à Kigali, jeudi 24 juin. © Umuvugizi

Deux hommes ont été arrêtés par la police après l’assassinat du journaliste Jean-Léonard Rugambage, jeudi dernier à Kigali. D’après les autorités, l’un des suspects accusait le journaliste d’avoir tué un membre de sa famille pendant le génocide de 1994.

Mis à jour le 28 juin 2010 à 16 h 14

Rugambage en partie responsable de son triste sort ? C’est ce que la police rwandaise semble suggérer dans un communiqué rendu public dimanche soir, et rapporté par le New Times, un journal pro-gouvernemental.

Deux hommes ont été arrêtés – à une date qui n’a pas été précisée – dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du journaliste Jean-Léonard Rugambage, tué par balles jeudi soir devant sa maison, à Kigali. Le « motif probable » de leur crime, assure le communiqué, serait un « conflit ou une vengeance familiale lié au génocide de 1994 ».

L’une des deux personnes « a avoué sa culpabilité », a précisé le ministre de la Sécurité intérieure, Moussa Fazil Harelimana, lundi. « Elle a expliqué à la police qu’elle a commis cet acte pour se venger contre ce journaliste qui a massacré son frère pendant le génocide commis contre les Tutsis en 1994. »

La police souligne que Rugambage a été poursuivi par un tribunal Gacaca (tribunal populaire chargé de juger des crimes commis pendant le génocide) et détenu pendant trois ans, avant d’être relâché en 2007. Jean-Léonard Rugambage a été acquitté des charges qui pesaient contre lui en 2006, précise la BBC qui se fait l’écho de ces informations sur son site internet.

« Versions imaginaires »

L’arme du crime, un pistolet, aurait été saisie sur l’un des suspects, mais la police se dit incapable de donner plus de détails pour le moment.

Jean-Léonard Rugambage travaillait pour Umuvugizi un bimensuel très critique du gouvernement. Il venait de publier, sur le site du journal – dont l’accès est bloqué par les fournisseurs d’accès rwandais -, un article sur l’assassinat manqué du général Faustin Kayumba Nyamwasa, le 19 juin en Afrique du Sud.

Plusieurs voix, dont celles du directeur d’Umuvugizi, Jean-Bosco Gasasira, exilé en Tanzanie depuis la suspension de son édition papier en avril, ont accusé les services de sécurité d’être à l’origine de l’assassinat du journaliste. « Évidemment, c’est faux, c’est sans fondement », avait réagit Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères.

La piste de l’assassinat politique semble en tout cas écartée par la police : dans son communiqué, elle condamne les « versions imaginaires » de l’assassinat « colportées par des individus et des groupes pour des motifs politiques ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte