Défense

Diamants de Charles Taylor : vers une audition de Naomi Campbell

Naomi Campbell à Cannes, le 17 mai 2010.

Naomi Campbell à Cannes, le 17 mai 2010. © AFP

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone, hébergé par la CPI, a donné son feu vert à l’audition du mannequin Naomi Campbell et de l’actrice Mia Farrow, comme le réclamait l’accusation de Charles Taylor. L’ex-président libérien est soupçonné d’avoir échangé des armes contre des diamants sierra-léonais, dont un spécimen aurait été offert à la belle.

La « Panthère » a-t-elle reçu un blood diamond des mains de l’ancien président libérien ? Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), qui juge Charles Taylor à La Haye (où il est hébergé par la Cour pénale internationale), vient en tout cas de donner son feu vert pour que Naomi Campbell livre sa version des faits.

L’accusation de Taylor soupçonne ce dernier d’avoir fait ce cadeau à la belle, en marge d’un dîner organisé par le président sud-africain Nelson Mandela en 1997. Mais, n’ayant eu connaissance de ces faits présumés qu’au mois de juin 2009 – après la fin de la phase de présentation des témoins à charge – l’accusation ne pouvait pas réclamer l’audition du mannequin sans l’autorisation du TSSL.

Campbell réticente

Celui-ci a décidé, mercredi, « d’autoriser la réouverture de la phase de présentation des éléments de preuve à charge », ouvrant la voie à l’audition de Naomi Campbell, ainsi que celle de son agent, Carole White, et de l’actrice Mia Farrow.

Ces dernières, présentes au fameux dîner, auraient été témoins de l’offrande. Elles se sont déclarées favorables à un témoignage devant le TSSL, d’après l’accusation. Ce n’est en revanche pas le cas de la principale intéressée, Naomi Campbell, qui ne souhaite pas être impliquée dans cette affaire, à moins d’une convocation officielle.

Taylor ne veut pas revoir Campbell

Charles Taylor, qui est jugé pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Sierra Leone – il est accusé d’avoir dirigé en sous-main les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) – se serait rendu en Afrique du Sud en septembre 1997 pour vendre ou échanger des diamants reçu des rebelles.

L’ex-président du Libéria est soupçonné d’avoir obtenu ces diamants contre des armes et des munitions. Mais Charles Taylor nie catégoriquement avoir offert un diamant à Naomi Campbell, tout comme il nie n’avoir jamais eu de diamants bruts en sa possession.

Ses avocats se sont prononcés contre l’audition au TSSL de Naomi Campbell. Les déclarations de la « Panthère », si elle confirme avoir reçu le fameux diamant, pourraient faire tomber la ligne de défense de l’ancien président.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte