Politique

Gorgui, l’économie et le religieux

Abdoulaye Wade assure que la religion peut être un facteur de développement économique. © AFP

À l'occasion d'une conférence organisée par l'université Paris-Dauphine à Dakar, le président sénégalais Abdoulaye Wade a fait état de ses théories économico-religieuses. Et annoncé la parution de son prochain ouvrage.

C’est Gorgui le professeur qui a parlé, vendredi 2 juillet. Une conférence était organisée à Dakar par le président de l’université Paris-Dauphine, Laurent Batsch. Abdoulaye Wade, qui  y a assisté avec son « ami Michel Rousseau », président de la Fondation Concorde (think tank proche de Nicolas Sarkozy), et lui-même professeur à Dauphine, était aux anges. Et pas seulement parce que Laurent Batsch l’a décoré à cette occasion pour avoir publié une théorie dans La Revue économique en 1965.

« Cela m’a tiré de ma torpeur politique pour me ramener dans le monde universitaire », a dit le président sénégalais. Qui a même avancé l’idée d’une « école de réflexion économique en partenariat avec Dauphine, qui pourrait s’appeler École de Dakar ».

« La religion est un facteur de croissance »

L’un des marronniers de Gorgui est la prise en compte du « facteur religieux » dans l’équation de la croissance économique. « Il ne faut pas avoir peur », prévient-il. Il n’hésite pas à brandir d’ailleurs l’histoire des « protestants de Boston qui se sont lancés dans le capitalisme parce que l’usure [le gain sur un prêt, NDLR] était un concept admis » par cette branche du christianisme.

Le hasard faisant bien les choses, Wade a confié à l’assistance qu’il comptait publier, en octobre, un livre qui mettra en relation la pensée économique de l’américain Keynes et la charia. « La religion est un facteur de la croissance », assure Gorgui. Et de citer en exemple la puissante – et controversée – confrérie islamique mouride, pour qui « la science, la prière et le travail sont les bases ».

« C’est pour ça qu’ils sont riches », soutient Wade. Un raisonnement séduisant, mais où il est difficile de ne pas flairer quelque relents de stratégie électoraliste – le scrutin présidentiel aura lieu en 2012. Pourtant, début juin, le très influent chef mouride Modou Kara Mbacké, qui fut le soutien de Wade en 2007, l’a invité à ne pas se représenter du fait de son grand âge : s’il débute un troisième mandat, il aura 86 ans. « Il est déjà en campagne », entend-on un peu partout à Dakar. La vieillesse, après tout, n’est pas le seul facteur de l’équation politique.
 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte