Politique

Sékouba Konaté a menacé de démissionner

Mis à jour le 7 juillet 2010 à 09:33

Le président de la Transition a reçu les leaders politiques guinéens, mardi 6 juillet, à sa résidence de Boulbinet, alors que des accusations de fraude continuent d’être émises par certains candidats à la présidentielle.

Le général Sékouba Konaté, président de la Transition, s’était retiré après avoir voté, le 27 juin. Mais les accusations de fraude et les manifestations du 5 juillet l’ont sorti de son silence.

Personnellement mis en cause par certains des candidats, dont Sidya Touré, Sékouba Konaté a exigé, ce mardi 6 juillet dans l’après-midi, de rencontrer les leaders politiques du pays et les représentants des principales institutions. Il a menacé de démissionner si les troubles – pour le moment maîtrisés – devaient se poursuivre. Pris à partie nommément (des insultes contre ses parents auraient été lancées par des partisans), il s’est dit « beaucoup touché » par les mots qui ont été prononcés à son encontre lors des manifestations. Et ne supporterait pas que sa neutralité dans le scrutin ait pu être mise en cause. « Ce n’est pas une bonne manière de faire. Faire descendre dans la rue des enfants manipulés, des femmes pour lancer des injures… je n’accepterai pas ça », a-t-il déclaré.

Il a d’abord fait planer la menace de démissionner sous 72 heures si les candidats déçus du premier tour n’appelaient pas leurs supporteurs au calme, plongeant Conakry dans l’incertitude. Avant de revenir sur sa menace, suite aux nombreux entretiens qu’il a eus avec les acteurs guinéens de la transition et certains membres de la communauté internationale.

Pendant tout l’après-midi, certaines personnalités politiques, des membres de l’armée et des représentants de la société civile se sont succédés à la résidence présidentielle de Boulbinet : Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré, entre autres.

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle guinéenne donnent Cellou Dalein Diallo en tête avec 39,72 % des voix, suivi par Alpha Condé (20,76%).