Justice

« Probo Koala » : un directeur français de Trafigura sur la sellette

| Par
Claude Dauphin (g.) et Jean-Pierre Valentin, deux gérants de Trafigura, détenus à Abidjan en 2006

Claude Dauphin (g.) et Jean-Pierre Valentin, deux gérants de Trafigura, détenus à Abidjan en 2006 © AFP

La Cour de cassation néerlandaise est revenue sur la décision de la cour d’appel d’Amsterdam : Claude Dauphin pourrait donc être poursuivi dans le cadre du procès du déversement de déchets toxiques du « Probo Koala » à Abidjan, en 2006.

Claude Dauphin, un des fondateurs de la société Trafigura, l’affréteur du cargo Probo Koala, voudrait bien oublier cette affaire. Entre fin 2006 et début 2007, elle lui avait déjà coûté plusieurs mois de détention en Côte d’Ivoire, suite au déversement des déchets du navire dans la région d’Abidjan.

Mais il n’est peut-être pas au bout de ses peines. La Cour de cassation a effet cassé un arrêt de la cour d’appel d’Amsterdam, qui le mettait hors de cause pour exportation illégale de déchets. « La cour d’appel d’Amsterdam doit de nouveau décider si le directeur de Trafigura peut être poursuivi pour le transport de déchets par le Probo Koala », indique la juridiction dans un communiqué.

Trafigura déjà au tribunal

Sa société, Trafigura, fait déjà partie des accusés dans le cadre d’un procès distinct qui se tient actuellement à Amsterdam. Une amende de deux millions d’euros et des peines de prison avec sursis ont été requises contre d’autres employés de la société. Le verdict doit être rendu le 23 juillet.

Les déchets en provenance du cargo auraient entraîné le décès de 17 personnes et des milliers d’intoxications. Mais Trafigura nie que le produit déversé ait pu provoquer la mort.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer