Société

Les soldats africains ont défilé à Paris

Les troupes africaines ont ouvert le défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées, dans la capitale française mercredi. Douze chefs d’État étaient présents dans la tribune avec le président français Nicolas Sarkozy.

Mis à jour le 14 juillet 2010 à 13:36

Pour la première fois, des troupes militaires africaines ont défilé sur les Champs-Élysées ce mercredi 14 juillet 2010.

Le président français Nicolas Sarkozy a descendu l’avenue vers 10 heures pour rejoindre les douze chefs d’État africains* présents dans la tribune de la place de la Concorde (l’Ivoirien Laurent Gbagbo a décliné l’invitation et le Malgache Andry Rajoelina n’en a pas reçu), qu’il avait quittés à l’issue d’un déjeuner au Palais de l’Élysée la veille. Il a pris place entre le Camerounais et doyen des chefs d’État présents, Paul Biya, à sa droite, et le Burkinabè Blaise Compaoré.

L’épouse du président français, Carla Bruni-Sarkozy, s’est installée avec les premières dames africaines, entre Chantal Biya et Chantal Compaoré.

Les confusions de TF1

Le journaliste TF1 Jean-Claude Narcy, qui a commenté le défilé, s’est montré très hésitant au moment de présenter les chefs d’État présents, confondant plusieurs d’entre eux.

Les troupes de treize pays africains, qui commémorent cette année le cinquantenaire de leur indépendance, ont ensuite ouvert le défilé au sol dans l’ordre alphabétique (les amazones du Bénin en tête, et les Togolais fermant la marche).

Aucun soldat ivoirien n’était présent, conformément à la volonté du président Laurent Gbagbo, représenté par son ministre de la Défense, Michel Amani Nguessan. Les troupes malgaches ont en revanche défilé au milieu des autres, en l’absence de leur président.

Après le passage des troupes africaines, une pluie très dense s’est abattue sur Paris, pour ne pas cesser avant la fin du long défilé militaire.

Voir l’infographie

 

La cérémonie s’est achevée par le saut de huit parachutistes au dessus de la place de la Concorde, chacun portant deux drapeaux africains accrochés dans le dos pendant leur descente.

Interviewée sur l’Afrique par TF1, la première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy (qui s’était rendue au Bénin en janvier pour une opération de lutte contre le sida) a estimé que l’Afrique avait « certainement des difficultés mais aussi beaucoup d’énergie, beaucoup d’espoir ».

Avant de quitter de la tribune, Nicolas Sarkozy a salué des anciens combattants africains devant les caméras de TF1. « Ce ne sont pas les chefs d’État que nous voyons là », a cru bon de préciser un commentateur de la chaîne.

__
* Boni Yayi, Blaise Compaoré, Paul Biya, François Bozizé, Denis Sassou Nguesso, Ali Bongo Ondimba, Amadou Toumani Touré, Mohamed Ould Abdelaziz, Salou Djibo, Abdoulaye Wade, Idriss Déby Itno et Faure Gnassingbé étaient présents.