Défense

Meurtre de Firmin Mahé : quatre militaires français renvoyés aux assises

| Par
Photo non datée de Firmin Mahé.

Photo non datée de Firmin Mahé. © AFP

Quatre militaires français seront jugés par la Cour d’assises du Tribunal aux armées de Paris pour le meurtre de l’Ivoirien Firmin Mahé dans un blindé français en 2005. Le général Henri Poncet bénéficie d’un non-lieu.

Cette affaire avait ébranlé l’armée française. Plus de cinq ans après les faits, la justice a décidé que quatre militaires devaient être jugés pour le meurtre de l’Ivoirien Firmin Mahé d’après une « source proche du dossier », citée par l’AFP.

Le 13 mai 2005, Firmin Mahé, considéré par les soldats français comme un « coupeur de route » (un bandit semant la terreur), avait été interpellé après un accrochage avec eux. Blessé à la jambe, il est mort étouffé dans le véhicule blindé léger qui faisait route vers Man.

Non-lieu pour le général Poncet

Le général Henri Poncet, commandant de la force Licorne, qui avait donné l’ordre de le conduire vers Man après un arrêt à l’infirmerie de Bangolo, bénéficie d’un non-lieu, conformément aux réquisitions du procureur.

Le plus haut gradé renvoyé devant la Cour d’assises par le Tribunal aux armées de Paris sera le colonel Eric Burgaud. Il avait donné l’ordre aux trois hommes présents dans le véhicule (qui seront également jugés) de « prendre leur temps » pour le trajet. Mais il affirme que cet ordre venait de son supérieur, le général Poncet. Il est accusé « d’homicide volontaire ».

La même accusation est retenue contre l’un des soldats présents dans le blindé qui a reconnu avoir étouffé Firmin Mahé avec un sac plastique, alors qu’il était inconscient. Les deux autres seront jugés pour omission d’empêcher un crime.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte