Politique

Les principaux points de l’accord Cellou Dalein Diallo – Sidya Touré

| Par
Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo ont signé un accord mercredi 28 juillet à Conakry.

Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo ont signé un accord mercredi 28 juillet à Conakry. © Archives/V. Fournier pour J.A./AFP

L’Union des forces républicaines (UFR), de Sidya Touré, et la Nouvelle génération pour la République (NGR), de Ibrahima Abé Sylla, ont signé un accord le 28 juillet avec l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo, arrivé en tête au premier tour de la présidentielle. En voici les principaux engagements.

  • La fonction de Premier ministre est réservée à l’UFR
  •  
  • C’est la principale concession accordée par l’UFDG. En cas de victoire de Cellou Dalein Diallo au second tour (dont la date n’est pas encore fixée), le Premier ministre serait désigné par l’UFR. Aucun nom n’est mentionné dans l’accord pour occuper ce poste. Alors que l’on pouvait s’attendre à une nomination de Sidya Touré, les nouveaux alliés ont soigneusement évité de trancher cette question. « Mais cela n’exclut pas non plus Sidya Touré du poste », précise à jeuneafrique.com le conseiller en communication du candidat de l’UFDG, Souleymane Tchiâ’nguel Bah.
  •  
  • L’UFR et le NGR obtiendront 35 % des postes dans le gouvernement et l’administration
  •  
  • L’UFDG s’est engagée à réserver 35 % des nominations gouvernementales et administratives (directeurs généraux, gouverneurs, préfets…) à ses deux alliés. L’accord prévoit en outre qu’un « ministère de souveraineté » (l’Intérieur, la Défense, l’Économie et les Finances ou la Justice) revienne aux ralliés. La présidence de la Cour des comptes ainsi que celle du Conseil économique et social leur seraient également acquises.
  •  
  • Listes uniques pour les législatives
  •  
  • Les trois formations ont pris la décision de ne s’affronter dans aucune circonscription lors des prochaines élections législatives, qui doivent être organisées dans les six mois. Des listes communes menées par les candidats les mieux implantés localement devraient être présentées, pour permettre à chacun de faire le plein dans ses fiefs.
  •  
  • Reprise d’une partie du programme de l’UFR
  •  
  • Lors de son discours de signature de l’accord jeudi soir, Sidya Touré a cherché à souligner la proximité entre les programmes de l’UFR et l’UFDG pour expliquer le ralliement de sa formation. « La raison principale de cet accord est que l’UFDG a accepté de prendre en compte notre programme, sur des points tels que la restructuration de l’État, l’agriculture, l’emploi des jeunes ou encore la promotion des femmes », a insisté le secrétaire général de l’UFR, Bakary Goyo Zoumanigui, joint par jeuneafrique.com.
  •  
  • Côté stratégie, l’UFR redoute que l’accord soit ressenti comme étant trop politicien et que cela nuise au report des suffrages de son électorat sur la candidature de Cellou Dalein Diallo. Sidya Touré a reconnu dans une interview à RFI jeudi que la démobilisation possible de ses électeurs déçus du premier tour « était le problème le plus important [qu’il avait] à résoudre ».
  •  
  • Une incertitude qui constitue, en revanche, le principal espoir du candidat Alpha Condé.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer