Société

Les « petites pierres sales » de Naomi Campbell

Mis à jour le 5 août 2010 à 12:28

La comparution tant attendue de Naomi Campbell devant les juges de Charles Taylor a tenu ses promesses : elle a admis avoir reçu en cadeau des « pierres », vraisemblablement des diamants bruts.

Naomi Campbell a finalement témoigné devant le tribunal de La Haye, au cours du procès de Charles Taylor. Le mannequin britannique a admis avoir reçu des « toutes petites pierres à l’aspect sale » lors d’un dîner organisé par Nelson Mandela en 1997. Elle a également indiqué qu’elle « pensait » qu’elles lui avaient été offertes par Charles Taylor à l’issue du repas, mais qu’elle n’avait pas tout de suite compris qu’il s’agissait de diamants.

« J’étais en train de dormir, on a frappé à ma porte et j’ai ouvert. Et deux hommes étaient là et m’ont donné une petite bourse et ont dit : "Un cadeau pour vous" », a déclaré le mannequin britannique lors de son témoignage devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). « J’ai ouvert la petite bourse le lendemain matin », a-t-elle poursuivi, affirmant ne plus se souvenir du nombre exact de pierres : « Trois peut-être, deux ou trois ».

« Je ne voulais pas les garder »

Comme l’a déjà indiqué son agent de l’époque, Carole White, Naomi Campbell a ensuite parlé avec elle de ce cadeau très spécial, le lendemain au petit déjeuner. Mia Farrow, présente lors du dîner, a assisté à la conversation.

« L’une d’elles a dit que c’était clairement de la part de Charles Taylor et j’ai dit : "je suppose que oui" », a expliqué Naomi Campbell. « J’ai l’habitude de voir des diamants brillants et dans une boîte, vous savez. Je n’aurais pas pu deviner tout de suite que c’était des diamants. »

« Je ne voulais pas les garder », a poursuivi Naomi Campbell, ajoutant avoir donné les pierres à un de ses amis qui travaillait pour le Fonds d’aide à l’enfance de Nelson Mandela « afin qu’il fasse quelque chose avec ».

Témoignage clé

Le témoignage de Naomi Campbell représente un moment-clé du procès : s’il est avéré qu’elle a bien reçu ces diamants de la part de l’ancien président libérien, cela infirmera la thèse soutenue par ses avocats, selon laquelle il n’a jamais possédé de diamants bruts.

Charles Taylor est accusé d’avoir fourni aux rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) en Sierra Leone des armes et des munitions en échange de diamants. Sa présence en Afrique du Sud, au moment du dîner chez Nelson Mandela, aurait été l’occasion d’effectuer  l’échange.

Dans ce procès, l’ancien président libérien plaide non coupable de onze crimes, notamment de meurtres, de viols et d’enrôlement d’enfants soldats durant la guerre civile en Sierra Leone entre 1991 et 2001, qui a fait 120 000 morts.