Elections

Présidentielle 2011 : les premiers pas d’Elecam

Elecam s'apprête à organiser des élections pour la première fois. © AFP

"Elections Cameroon" a démarré les opérations d'inscription sur les listes électorales en vue de la présidentielle de l'année prochaine. Cet organisme s'apprête à superviser une élection pour la première fois.

Si la date du scrutin présidentiel, prévu l’année prochaine, n’est pas encore connue, "Elections Cameroon" (Elecam, l’organisme chargé de son organisation) a déjà commencé l’inscription sur les listes électorales depuis « la deuxième quinzaine du mois d’août ».

C’est ce qu’a annoncé le directeur général des élections, Mohaman Sani Tanimou, mercredi. Le nombre d’électeurs devrait s’élever à 9 millions (sur une population totale de 19,4) d’après les estimations du gouvernement.

Le "toilettage" déjà programmé

Six régions sur dix sont pour l’instant concernées. Les quatre restantes « vont suivre », affirme Mohaman Sani Tanimou, qui déplore « de petits problèmes d’infrastructures ».

Une pause sera marquée « entre janvier et février 2011 », notamment pour « toiletter les listes» , a-t-il d’ores et déjà annoncé.

Créé en 2006, Elecam s’apprête à organiser ses premières élections. Auparavant, c’est le ministère de l’Administration territoriale qui était chargé de les mettre en place et l’Observatoire national des élections (Onel) qui les supervisait.

Mais la réforme n’a pas convaincu le Social democratic front (SDF, principal parti d’opposition) de jouer le jeu. « Nous demandons aux gens de rester tranquillement chez eux car Elecam n’est pas qualifié pour organiser les élections », a déclaré Joshua Osih, un des vice-présidents du parti.

En mars, le Parlement a voté un amendement sur Elecam, renforçant l’implication de l’administration et rendant facultative celle de la société civile dans la conduite des élections, et le SDF affirme qu’aucune élection ne peut être organisée avec la configuration actuelle.

ONG et opposition accusent Paul Biya, d’avoir nommé des membres du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, parti présidentiel) à Elecam.

(avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte