Politique

Mystérieuse arrestation d’hommes armés

Mis à jour le 2 septembre 2010 à 11:56

Une dizaine de personnes armées ont été arrêtées hier. À Bangui, certains parlent de tentative de déstabilisation du pouvoir, d’autres tentent de calmer les esprits.

Mis à jour vendredi 3 septembre à 14h20

Selon des sources proches du chef de l’État, une dizaine d’hommes ont été arrêtés mercredi 1er septembre à Nola (sud-ouest du pays,  non loin de la frontière avec le Congo-Brazzaville).

Psychose

Cette arrestation a déclenché un certain climat de psychose dans la capitale centrafricaine, où des rumeurs de tentative de coup d’État ont circulé dans la matinée du mercredi. Rien de tel n’a cependant encore été confirmé de source officielle.

Contexte électoral

Cette affaire intervient, dans tous les cas, dans un contexte tendu, le processus électoral  en Centrafrique tournant au ralenti. Après deux reports et de nombreuses tergiversations, le président a finalement fixé la date des élections au 23 janvier, ignorant l’avis de la Commission électorale indépendante qui préconisait le 24 octobre.

Le recensement électoral devrait débuter le 22 septembre. Le dépôt des candidatures aura lieu du 10 octobre au 8 novembre. Candidat à sa propre succession, François Bozizé s’est engagé à quitter ses fonctions s’il n’était pas réélu.

Pour en savoir plus, lire le n° 2591 de Jeune Afrique, en kiosques du 5 au 11 septembre 2010.