Société

Desmond Tutu, vrai-faux retraité de 79 ans

| Par Jeune Afrique
Desmond Tutu le 6 juin 2010 à Washington DC.

Desmond Tutu le 6 juin 2010 à Washington DC. © AFP

L’ancien archevêque anglican Desmond Tutu prend officiellement sa retraite le jour de ses 79 ans, le 7 octobre. Mais personne ne semble vraiment croire qu’il puisse se retirer complètement de la vie publique, alors qu’il est encore très actif en Afrique du Sud et sur la scène internationale…

C’est officiel : l’ancien archevêque anglican du Cap, distingué en 1984 par le prix Nobel de la paix pour son combat contre l’apartheid, prend sa retraite jeudi 7 octobre, à l’occasion de son 79e anniversaire.

« Il a respecté les engagements déjà pris mais à compter d’aujourd’hui, il refusera les nouvelles demandes », a déclaré Dan Vaughan, un porte-parole de la fondation Tutu. « Il veut vraiment ralentir son rythme. » Et se retirer définitivement de la vie publique pour se consacrer davantage à sa famille.

« Croisière académique »

Depuis l’annonce de sa retraite, en juillet dernier, Mgr Tutu est effectivement moins visible dans les médias, mais toujours très actif. D’août à décembre, il participe notamment à une « croisière académique », dans laquelle il donne des cours dans des disciplines aussi variées que la psychologie ou les sciences politiques à environ 600 étudiants internationaux embarqués à bord d’une « université flottante ».

« Le navire est actuellement à quai au Cap et il fêtera son anniversaire à bord avec de la famille et des amis », a précisé Vaughan. Après, ce sera fini. « Il ne donnera plus d’interviews et ne participera plus à des cérémonies publiques », a indiqué Lidia Fuggle, qui organise ses voyages à l’étranger.

Apôtre de la réconciliation

Seul problème : les médias sud-africains ne semblent pas vraiment croire à la retraite de l’ancien archevêque. Jeudi, aucun d’entre eux ne lui consacrait d’articles ou de reportages.

Il est vrai que Desmond Tutu est connu pour son humilité, son humour, son énergie débordante… Il avait déjà annoncé sa retraite partielle en 2000, après un cancer de la prostate. Mais il n’avait pas résisté aux sirènes de l’action. Cédant à de nombreuses sollicitations, il restait très présent sur la scène nationale, jouant avec force son rôle d’apôtre de la réconciliation de l’Afrique du Sud et de dénonciateur des dérives du pouvoir. (Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte