Politique

L’opposition demande à l’ONU d’intervenir pour la libération de Victoire Ingabire

Mis à jour le 19 octobre 2010 à 09:53

Dans une lettre ouverte adressée au Conseil de sécurité de l’ONU, la plateforme de l’opposition rwandaise demande l’intervention de l’organisation internationale auprès du président Paul Kagamé pour la libération de personnalités politiques, dont celle de Victoire Ingabire.

L’opposition rwandaise s’inquiète au sujet des conditions de détention de l’opposante Victoire Ingabire, arrêtée le 14 octobre à Kigali, et de celles d’autres « prisonniers politiques ». Le Conseil consultatif permanent de l’opposition, composé des Forces démocratiques unifiées (FDU, de Mme Ingabire), du Parti social (PS) Imberakuri et du Parti démocratique vert du Rwanda – formation créée par des transfuges du Front patriotique rwandais (FPR, du président Paul Kagamé) – a signé lundi 18 octobre un « un appel fort pour une intervention urgente du Conseil de sécurité des Nations unies dans la crise politique rwandaise ». Sur les trois partis membres du Conseil consultatif, seul le PS est reconnu par les autorités rwandaises.

« Crise politique »

La lettre ouverte, adressée directement au Conseil de sécurité, explique que les signataires ont déjà demandé sans succès la libération de Victoire Ingabire, détenue pour sa participation présumée à « la création d’une organisation terroriste », mais aussi celle du président-fondateur du PS, Bernard Ntaganda, incarcéré depuis juin, du président du Pacte de défense du peuple (PDP), Déo Mushayidi, condamné à la perpétuité, et de l’ex-ministre Charles Ntakirutinka. Le 21 avril, la présidente des FDU avait été arrêtée une première fois à Kigali, avant d’être remise en liberté le lendemain sous strict contrôle judiciaire, avec interdiction de quitter Kigali en attendant son procès.

« L’opposition rwandaise est convaincue que votre intervention urgente aidera à sortir de la crise politique actuelle dans le pays et à parvenir à une paix durable dans la région des Grands lacs d’Afrique », affirment les auteurs de la lettre qui, pour l’heure, n’ont pas reçu de réponse.

Le week-end dernier, sur leur site internet, les FDU s’inquiétaient de la santé Vicoire Ingabire. « Les conditions de détention de Madame Ingabire Umuhoza, présidente des FDU-Inkingi, sont intolérables et immorales. […] Elle a passé la nuit (de jeudi à vendredi) assise et menottée […]. La nourriture qui lui avait été portée pour son déjeuner a été retournée intacte le soir. Nous ne savons pas si les geôliers lui ont remis la nourriture ou pas. […] L’eau et le seau (lui) ont été refusés. Le gouvernement ne donne pas de nourriture et nous n’avons pas été autorisés à la rencontrer. Les geôliers semblent suivre des ordres très stricts », indiquaient encore les FDU. (Avec AFP)