Politique

Présidentielle : les résultats du scrutin attendus dans la journée

Des sources concordantes laissent penser que la CEI va écourter le délai légal de trois jours qui lui est imparti par la Constitution pour publier les résultats préliminaires du premier tour de l’élection présidentielle du 31 octobre.

Mis à jour le 2 novembre 2010 à 08:10

Un bureau de vote, le 31 octobre 2010, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. © Luc Gnago / Reuters

L’attente des résultats de l’élection présidentielle de dimanche continue, avec tous les risques de dérapage que cela entraîne. Le suspense est d’autant plus fort que le scrutin a donné lieu à un taux de participation record : environ 80 %, d’après la Commission électorale indépendante et le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, Choi Young-jin, qui a présenté ses « félicitations » au peuple ivoirien pour la bonne tenue du vote.

Selon nombreuses sources, la Commission électorale indépendante (CEI) fait tout son possible pour écourter le délai légal de trois jours de publication des premiers résultats provisoires. Alors que certains observateurs les attendaient dès hier soir, ceux-ci pourraient en fait être connus d’ici la fin de la journée.

« Il y a une forte pression pour que la CEI donne les résultats ce (lundi) soir », avait expliqué hier à l’AFP une source diplomatique, qui insistait sur l’importance de « canaliser » l’après-scrutin en allant vite aux résultats et à l’organisation d’un second tour éventuel pour limiter les impatiences et les débordements possibles.

Les trois rivaux « n’ont pas le choix »

Pour faire baisser la fébrilité ambiante, perceptible malgré le calme qui régnait hier en Côte d’Ivoire, d’Abidjan à Bouaké, l’ONU et la France ont appelé lundi les candidats à la présidentielle ivoirienne au respect des résultats, notamment les trois favoris qui, selon Choi Young-jin, « n’ont pas le choix » : le président Laurent Gbagbo pour le Front populaire ivoirien (FPI), l’ancien Premier ministre Alassane Dramane Ouattara pour le Rassemblement des républicains (RDR) et l’ex-président Henri Konan Bédié pour le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé « tous les partis et candidats à jouer leur rôle pour maintenir un environnement calme », et les a exhortés « à accepter les résultats proclamés et certifiés et à résoudre les éventuels contentieux par les voies légales existantes ».

Quant au président français Nicolas Sarkozy, il a salué le « bon déroulement » de l’élection et a appelé les trois rivaux à garder le « même sens des responsabilités ». (Avec AFP)